EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un toxicologue inculpé pour avoir empoisonné sa femme avec un médicament contre la goutte

Une boîte de comprimés de colchicine
Une boîte de comprimés de colchicine Tous droits réservés AFPTV / AFP
Tous droits réservés AFPTV / AFP
Par Associated Press
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le toxicologue et ancien résident en médecine de la clinique Mayo, aux Etats-Unis, a été accusé d'avoir empoisonné mortellement sa femme avec des médicaments prescrits pour la goutte.

PUBLICITÉ

Un toxicologue et ancien résident de la clinique Mayo aux États-Unis a été accusé d'avoir empoisonné mortellement sa femme, une pharmacienne de 32 ans, décédée quelques jours après s'être rendue à l'hôpital, en août, pour des troubles gastriques.

Les autorités affirment que Connor Bowman, 30 ans, a tenté d'empêcher l'autopsie de sa femme, Betty Bowman, arguant qu'elle devait être incinérée immédiatement et prétendant qu'elle souffrait d'une maladie rare, ce que les tests effectués à l'hôpital n'ont pas confirmé.

Le bureau du médecin légiste a interrompu l'ordre d'incinération, invoquant des circonstances suspectes, d'après une plainte pénale, et une autopsie a montré que Betty Bowman était morte des effets toxiques de la colchicine, un médicament utilisé pour traiter la goutte.

Les dossiers médicaux indiquent que la goutte n'avait pas été diagnostiquée chez elle et que ce médicament ne lui avait pas été prescrit, indique la plainte, ajoutant que Connor Bowman avait fait des recherches sur ce médicament, avant la mort de sa femme.

Six jours avant son hospitalisation, il avait également converti le poids de sa femme en kilogrammes et l'avait multiplié par 0,8 - 0,8 mg/kg étant considéré comme la dose létale de colchicine, selon la plainte.

Accusation de meurtre

Connor Bowman a été inculpé lundi de meurtre au second degré. Il a été arrêté vendredi et était toujours en détention mardi. Son avocat n'a pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires de l'Associated Press.

Cette photo fournie par le centre de détention pour adultes du comté d'Olmsted à Rochester, dans le Minnesota, montre Connor Bowman
Cette photo fournie par le centre de détention pour adultes du comté d'Olmsted à Rochester, dans le Minnesota, montre Connor BowmanOlmsted County Sheriff's Office via AP

La porte-parole de la clinique Mayo, Amanda Dyslin, a publié une déclaration mardi qui n'identifie pas Connor Bowman par son nom, mais indique qu'il était un résident en médecine de l'hôpital.

"Nous sommes au courant de l'arrestation récente d'un ancien résident de la clinique de Mayo pour des accusations sans rapport avec ses responsabilités dans cette clinique . La formation du résident à la clinique de Mayo s'est achevée au début du mois", précise le communiqué. Amanda Dyslin n'a pas précisé pourquoi la formation de Connor Bowman à la clinique de Mayo avait pris fin.

Betty Bowman était également pharmacienne à la clinique Mayo.

Selon la plainte pénale, le bureau du médecin légiste du sud-est du Minnesota a alerté la police de la "mort suspecte" de Betty Bowman le 21 août, un jour après son décès.

Elle avait été admise dans un hôpital de Rochester le 16 août pour "détresse gastro-intestinale sévère et déshydratation, et son état s'est rapidement détérioré", selon la plainte. Ses premiers symptômes étaient similaires à ceux d'une intoxication alimentaire et ont été traités comme tels, mais ils ont continué à s'aggraver. Elle a souffert de problèmes cardiaques, de liquide dans les poumons et de défaillance d'un organe.

Pendant que Betty Bowman était à l'hôpital, Connor Bowman a suggéré qu'elle souffrait d'une maladie rare appelée lymphohistiocytose hémophagocytaire, ou HLH. Les tests effectués à l'hôpital ne se sont pas révélés concluants, mais Connor Bowman a dit à plusieurs personnes qu'elle était morte de cette maladie, selon la plainte.

Il a également affirmé au bureau du médecin légiste que la mort de Betty Bowman était naturelle et qu'elle "ne voulait pas être un cadavre" et que, par conséquent, l'autopsie devait être annulée, selon la plainte. Il a demandé à un enquêteur du bureau du médecin légiste si l'analyse toxicologique serait plus approfondie que celle effectuée à l'hôpital.

La veille du jour où Betty Bowman s'est rendue à l'hôpital, elle a dit à un homme - identifié comme SS dans la plainte - qu'elle buvait chez elle avec Connor Bowman. Le lendemain matin, elle a dit à SS qu'elle était malade, peut-être à cause d'une boisson qui avait été mélangée à un grand smoothie.

Historique des recherches

Connor Bowman était toxicologue, autrement dit, un spécialiste des poisons. 

PUBLICITÉ

Une employée de l'université du Kansas a déclaré aux enquêteurs que Connor Bowman avait utilisé des appareils fournis par l'université dans les jours précédant la mort de Betty pour rechercher des informations sur la colchicine, un médicament contre la goutte, et sur le nitrate de sodium, qui peut limiter le mouvement de l'oxygène dans le corps.

Les enquêteurs ont découvert que Connor Bowman avait aussi effectué des recherches sur "l'historique de navigation sur Internet : peut-il être utilisé au tribunal ?" et "supprimer la police des données Amazon" le 5 août. Il a effectué des calculs correspondant à la dose mortelle de colchicine, le 10 août.

Le ministère de la santé du Minnesota a trouvé de la colchicine dans le sang et les échantillons d'urine de Betty Bowman prélevés à l'hôpital, et le médecin légiste a déterminé que la cause du décès était les effets toxiques de la colchicine, selon la plainte pénale.

Une femme a dit aux enquêteurs que les Bowman avaient parlé de divorce, et une autre a dit aux autorités que Connor Bowman avait dit qu'il allait toucher 500 000 dollars (472 940 euros) d'assurance-vie à la mort de sa femme, selon la plainte. Les autorités ont trouvé à son domicile un reçu pour un dépôt bancaire de 450 000 $ (425 646 €).

PUBLICITÉ

Il doit comparaître devant le tribunal le 1er novembre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une femme se fait retirer une araignée de son oreille

Les symptômes des maladies respiratoires pourraient durer plus d'un mois après l'infection initiale

Europe : pourquoi les médecins vont mal