EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les symptômes des maladies respiratoires pourraient durer plus d'un mois après l'infection initiale

Les "rhumes longs" : les symptômes peuvent se prolonger pendant des semaines après une infection respiratoire.
Les "rhumes longs" : les symptômes peuvent se prolonger pendant des semaines après une infection respiratoire. Tous droits réservés Canva
Tous droits réservés Canva
Par Oceane Duboust
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Une nouvelle étude a montré que les personnes peuvent présenter des symptômes à long terme dus à d'autres infections respiratoires que le COVID.

PUBLICITÉ

Selon une nouvelle étude, les symptômes des maladies respiratoires telles que les virus du rhume, de la grippe ou de la pneumonie peuvent se prolonger plus de quatre semaines après l'infection initiale.

Des scientifiques de l'université Queen Mary de Londres ont analysé les données de plus de 10 000 personnes pour comparer les symptômes à long terme du COVID-19 et d'autres maladies.

Si le COVID long est désormais une affection reconnue qui touche des millions de personnes, peu d'études l'ont comparé aux symptômes durables consécutifs à d'autres maladies respiratoires aiguës. Les résultats ont été publiés dans la revue e Clinical Medicine de The Lancet.

Les chercheurs ont constaté que les symptômes d'un "long rhume", tels que la toux, les douleurs d'estomac et la diarrhée, pouvaient se manifester plusieurs semaines après l'infection.

En revanche, les personnes se remettant de COVID-19 étaient plus susceptibles de souffrir de vertiges, d'étourdissements et de troubles du goût et de l'odorat.

"Nos résultats mettent en lumière non seulement l'impact d'une longue infection par le COVID sur la vie des gens, mais aussi celui d'autres infections respiratoires. Un manque de sensibilisation - ou même l'absence d'un terme commun - empêche à la fois le signalement et le diagnostic de ces conditions", affirme l'auteur principal, Giulia Vivaldi , dans un communiqué.

Une autre étude, publiée en avril de cette année, a observé des symptômes persistants chez des patients infectés par la grippe, qu'elle a qualifiés de "grippe longue".

Les "rhumes longs" difficiles à diagnostiquer

Les chercheurs ont remarqué que les personnes souffrant de symptômes de longue durée étaient plus susceptibles d'être des femmes, d'appartenir à une classe sociale inférieure ou de présenter des comorbidités.

Les travailleurs de première ligne étaient également surreprésentés sur le plan statistique, et les données montrent que le fait de souffrir d'une primo-infection grave pourrait être un facteur de risque.

"Alors que la recherche sur le COVID long se poursuit, nous devons profiter de l'occasion pour étudier et prendre en compte les effets durables d'autres infections respiratoires aiguës", déclare Giulia Vivaldi.

Elle ajoute que ces infections sont difficiles à diagnostiquer et à traiter en raison du manque de tests diagnostiques et de la diversité des symptômes possibles.

"L'étude est importante car elle montre que la récupération après une infection respiratoire aiguë (IRA) peut être lente, quelle qu'en soit la cause, et que les gens doivent s'attendre à un retour lent à la normale et ne pas s'attendre à reprendre immédiatement toutes leurs activités après une IRA, quelle qu'en soit la cause", souligne Peter Openshaw, professeur de médecine expérimentale à l'Imperial College de Londres, dans un communiqué.

Peter Openshaw n'a pas participé à l'étude et a souligné que l'expression "rhume long" ne doit pas minimiser le handicap très grave que constitue le COVID long dont souffrent certaines personnes.

Les experts ont également précisé la nécessité de "veiller à ce que toutes les personnes présentant des symptômes persistants puissent bénéficier du soutien dont elles ont besoin" et d'éviter le sous-diagnostic.

La prochaine étape pour les chercheurs consistera à identifier les raisons sous-jacentes pour lesquelles certaines personnes sont plus susceptibles de souffrir d'un long rhume que d'autres.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un toxicologue inculpé pour avoir empoisonné sa femme avec un médicament contre la goutte

Le TDAH, possible facteur de "risque accru de démence"

67 millions d'enfants privés au moins partiellement de vaccins à cause du Covid