Des régimes comme le Keto ou le jeûne intermittent pourraient contribuer à ralentir la progression de certains cancers

Une nouvelle étude montre que certains régimes alimentaires pourraient exploiter la vulnérabilité des cellules tumorales
Une nouvelle étude montre que certains régimes alimentaires pourraient exploiter la vulnérabilité des cellules tumorales Tous droits réservés Canva
Par Oceane Duboust
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La progression de certaines tumeurs pourrait être ralentie par certains choix alimentaires, mais des recherches complémentaires mériteraient d'être menées pour évaluer leur impact.

PUBLICITÉ

Les régimes qui limitent le nombre total de calories, l'apport en glucose ou en nutriments spécifiques, tout comme les régimes cétogènes, les régimes limités dans le temps ainsi que le jeûne intermittent, se sont avérés capables d'inhiber la croissance de tumeurs cancéreuses.

Bien qu'il n'existe pas de régime unique susceptible d'avoir un effet sur le développement du cancer, de nouvelles recherches ont mis en évidence le rôle que pouvait jouer la nutrition dans les protocoles de traitement.

Ces résultats ont été publiés dans le cadre d'une étude récente de l'université Semmelweis, en Hongrie, qui a synthétisé un recueil de plus de 300 études portant sur la manière dont divers régimes alimentaires pouvaient impacter le métabolisme des cellules cancéreuses.

"Les cancers sont très hétérogènes dans leurs dépendances métaboliques : il n'existe pas de solution unique", a déclaré dans un communiqué le Dr Otilia Menyhárt, professeur adjoint à l'université Semmelweis et premier auteur de l'étude.

"Ce qu'ils ont en commun, c'est un besoin énergétique extrêmement élevé pour alimenter leur croissance", a-t-elle ajouté.

D'après les auteurs de l'étude, il serait possible d'améliorer la réponse d'un patient à un traitement en adaptant le régime alimentaire, et d'influer ainsi sur la progression d'une tumeur.

Les tumeurs colorectales, cervicales et certains types de tumeurs liées aux seins dépendent du glucose pour se nourrir.

Les cancers du poumon et du pancréas, le myélome et les tumeurs cérébrales dépendent plus particulièrement de la glutamine, un acide aminé que l'on trouve dans le corps humain, tandis que le fructose peut favoriser la croissance des cellules cancéreuses de la prostate.

Tirer profit des différences métaboliques des cellules

"Lorsque nous réduisons les sources d'énergie de l'organisme, que nous le privons de glucose pendant une période suffisamment longue, l'organisme se met en état de jeûne", explique Otilia Menyhárt.

Cela oblige l'organisme à trouver une autre source d'énergie. Le corps commence à produire des cétones - des molécules qui servent de source d'énergie alternative - dans le foie, un processus qui a donné son nom au populaire régime Keto.

Les personnes qui suivent ce régime riche en graisses et pauvre en glucides mangent du poisson et des fruits de mer, de la viande et de la volaille, des légumes non féculents, des œufs, des noix, etc.

Les cellules saines peuvent utiliser efficacement les corps cétoniques comme source d'énergie. En revanche, les cellules cancéreuses souffrant d'un manque d'adaptabilité métabolique ont du mal à faire face à ce changement, ce qui se traduit par une capacité limitée à tirer de l'énergie des corps cétoniques.

Lorsqu'elles sont stressées, par exemple par la chimiothérapie ou la radiothérapie, le jeûne induit une transition des cellules saines d'une phase de croissance à un état de réparation, ce qui n'est pas le cas des cellules cancéreuses.

En outre, les cellules tumorales affamées génèrent des niveaux élevés d'espèces réactives à l'oxygène, ce qui accroît leur vulnérabilité aux dommages causés à l'ADN par le traitement.

Cela explique l'efficacité accrue de la chimiothérapie lorsqu'elle est précédée et suivie d'un jeûne, accompagnée d'une réduction significative des effets secondaires qui y sont associés.

Toutefois, ce phénomène n'a été observé que pour certaines maladies.

"Un régime cétogène dans le cadre d'une thérapie anticancéreuse peut favoriser l'accroissement de la durée de vie et une diminution de la croissance tumorale, mais dans le cas de certains cancers, il accélère la progression de la maladie", a déclaré Otilia Menyhárt.

Le faible taux de participation aux essais cliniques - en raison d'effets secondaires ou d'un manque d'adhésion - signifie qu'il n'existe pas de recommandations cliniques sur les besoins alimentaires pendant le traitement à ce stade.

PUBLICITÉ

"Pour changer cela, il faudrait créer et tester cliniquement des protocoles que les patients sont capables et désireux de suivre", a-t-elle ajouté.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après un cancer, le soutien émotionnel pourrait aider les patients à reconstruire leur vie

OMS : les cas de cancer pourraient augmenter de plus de 20 % en Europe d'ici à 2045

Ce gâteau pourrait améliorer la santé de votre cerveau, selon les experts