Un rein de porc transplanté pour la première fois sur un patient vivant

Des chirurgiens ont réussi à transplanter pour la première fois un rein de porc chez un patient vivant. Image du 16 mars 2024, Massachusetts General Hospital de Boston.
Des chirurgiens ont réussi à transplanter pour la première fois un rein de porc chez un patient vivant. Image du 16 mars 2024, Massachusetts General Hospital de Boston. Tous droits réservés Michelle Rose/2024mghphotography
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des médecins de Boston aux Etats-Unis ont transplanté un rein de porc sur un patient vivant de 62 ans, une première dans l'histoire de la médecine. L’organe de l’animal a été génétiquement modifié pour amoindrir le risque de rejet.

PUBLICITÉ

Des médecins de Boston ont transplanté un rein de porc sur un patient de 62 ans, dernière expérience en date dans la quête de l'utilisation d'organes animaux chez l'homme.

Le Massachusetts General Hospital a déclaré jeudi que c'était la première fois qu'un rein de porc génétiquement modifié était transplanté sur une personne vivante. Auparavant, des reins de porc avaient été transplantés temporairement sur des donneurs en état de mort cérébrale. Deux hommes ont également reçu des greffes de cœur de porc, mais tous deux sont décédés quelques mois plus tard.

Le patient, Richard Slayman se remet bien de l'intervention chirurgicale de samedi dernier et devrait bientôt sortir de l'hôpital, ont annoncé les médecins jeudi.

Le Dr Tatsuo Kawai, le chirurgien chargé de la transplantation, a déclaré que l'équipe pensait que le rein de porc fonctionnerait pendant au moins deux ans. En cas d'échec, Slayman pourrait retourner en dialyse, a déclaré le Dr Winfred Williams, spécialiste des reins. 

Richard Slayman a subi une greffe de rein à l'hôpital en 2018, mais a dû reprendre la dialyse l'année dernière lorsqu'elle a montré des signes de défaillance. Lorsque des complications liées à la dialyse sont apparues, nécessitant des procédures fréquentes, ses médecins ont suggéré une greffe de rein de porc, a-t-il déclaré dans un communiqué publié par l'hôpital.

J'y ai vu non seulement un moyen de m'aider, mais aussi un moyen de donner de l'espoir aux milliers de personnes qui ont besoin d'une greffe pour survivre
Richard Slayman
patient transplanté, via un communiqué

"Grand pas en avant"

L'opération de transplantation a duré quatre heures, avec 15 personnes dans la salle d'opération qui ont applaudi lorsque le rein est devenu rose et a commencé à produire de l'urine, ont déclaré les médecins lors d'une conférence de presse.

Le Dr Parsia Vagefi, chef du service de transplantation chirurgicale à l'UT Southwestern Medical Center, a qualifié l'annonce de "grand pas en avant". Mais, se faisant l'écho des médecins de Boston, il a déclaré que des études impliquant un plus grand nombre de patients dans différents centres médicaux seraient nécessaires pour que cette technique devienne plus couramment disponible.

L'expérience marque le dernier développement en matière de xénogreffe, terme qui désigne les efforts déployés pour tenter de guérir des patients humains à l'aide de cellules, de tissus ou d'organes prélevés sur des animaux. Pendant des décennies, cela n'a pas fonctionné, le système immunitaire humain détruisant immédiatement les tissus animaux étrangers. Des tentatives plus récentes ont été menées sur des porcs modifiés pour que leurs organes ressemblent davantage à ceux de l'homme, ce qui renforce l'espoir qu'ils puissent un jour contribuer à combler la pénurie de dons d'organes.

Plus de 100 000 personnes sont inscrites sur la liste d'attente nationale pour une transplantation, la plupart d'entre elles étant des malades du rein, et des milliers de personnes meurent chaque année avant que leur tour n'arrive.

Les porcs sont depuis longtemps utilisés en médecine humaine, notamment pour les greffes de peau de porc et l'implantation de valves cardiaques de porc. Mais la transplantation d'organes entiers est beaucoup plus complexe que l'utilisation de tissus hautement transformés. Le rein implanté chez Richard Slayman a été fourni par la société eGenesis de Cambridge, dans le Massachusetts. 

Le porc a été génétiquement modifié pour éliminer les gènes porcins nocifs et ajouter certains gènes humains afin d'améliorer sa compatibilité.

La Food and Drug Administration a donné une autorisation spéciale pour la transplantation en vertu des règles d'"usage compassionnel". 

Le potentiel thérapeutique de la manipulation du génome, suscite beaucoup d’espoirs en même temps qu’elle attise les ambitions des firmes de biotechnologie. Restent des questions éthiques de taille, avec des inquiétudes sur les risques de transmissions de virus de l'animal à l'homme, ou encore de rapport des humains à des animaux qui seraient élevés pour fournir des organes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Propositions de la Commission européenne pour éviter les pénuries de médicaments

Le Nobel de médecine à la Hongroise Katalin Kariko et l'Américain Drew Weissman pour le vaccin ARNm

Des étudiants indiens en médecine reviennent poursuivre leurs études en Ukraine malgré la guerre