Ce qu'une visite en Alabama peut vous apprendre sur la naissance du mouvement des droits civiques

L'Alabama est passé du centre de la ségrégation au cœur du mouvement des droits civiques.
L'Alabama est passé du centre de la ségrégation au cœur du mouvement des droits civiques.   -   Tous droits réservés  Euronews
Par Tim Gallagher

Si l'Alabama est l'un des meilleurs endroits à visiter aux États-Unis, c'est sans doute parce que cet État du Sud a été le témoin de certains des moments les plus sombres de l'histoire de la nation, mais aussi de ses plus grandes réussites.

La capitale de l'Alabama, Montgomery, est l'endroit où les sept premiers États confédérés ont annoncé leur sécession. Cet État a connu certaines des politiques ségrégationnistes les plus brutales et des violences contre les Afro-Américains. Une histoire qui a aussi fait de l'Alabama le foyer du mouvement des droits civiques lorsque des citoyens ordinaires ont défié avec succès les lois Jim Crow.

Aujourd'hui, des touristes du monde entier affluent pour s'immerger dans l'histoire. Dans la ville de Selma, vous pouvez traverser le célèbre pont Edmund Pettus, où de courageux militants ont résisté à la violence lors des Marches de Selma à Montgomery, en 1965, qui les ont menés au Capitole de l'État d'Alabama. Vous pouvez également découvrir l'église baptiste de la 16e rue, ou encore explorer les hangars d'avions de Moton Field, où les légendaires Tuskegee Airmen, aviateurs afro-américains, se sont entraînés.

Visitez le musée Rosa Parks et l'historique église baptiste Bethel

L'une des raisons pour lesquelles l'Alabama s'est distingué en tant que point névralgique du mouvement des droits civiques est la capacité qu'ont eu les Afro-Américains de cet État d'organiser la résistance.

En 1955, l'un des actes les plus emblématiques du mouvement des droits civiques s'est produit à Montgomery lorsqu'une Afro-Américaine, Rosa Parks, a refusé de céder sa place à un passager blanc dans un bus. Secrétaire de longue date de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), elle avait constaté l'inégalité dans la ville et son geste a été une occasion opportune de faire bouger les choses.

Euronews
Une femme afro-américaine, Rosa Parks, a refusé de céder sa place à un passager blanc dans un bus.Euronews

Le Women's Political Council (WPC), fondé à Montgomery et dirigé par Jo Ann Robinson, a cherché à accroître la participation civique dans la communauté et à augmenter l'inscription des électeurs. Ces femmes avaient déjà activement planifié un boycott des bus. Après l'échec des appels du WPC aux responsables de la ville pour qu'ils modifient ces pratiques, l'arrestation de Rosa Park a été l'événement déclencheur nécessaire pour lancer leur plan d'action.

À cette époque, les Afro-Américaines ont aussi réagi à l'horrible lynchage d'Emmett Till dans le Mississippi, dont les images du corps mutilé ont choqué le monde entier.

"Il a fait partie des milliers de Noirs qui ont été lynchés dans ce pays et un grand nombre de ces lynchages n'ont pas été punis, n'ont même pas fait l'objet d'une enquête et sont tombés dans l'oubli", dit Barry McNealy, expert en contenu historique au Birmingham Civil Rights Institute.

"Les femmes de Montgomery ont manifesté leur mécontentement ; elles ont commencé à refuser de céder leur place dans les bus dans le cadre de leur riposte", poursuit-il.

Les événements marquants du boycott des bus de Montgomery sont conservés au musée Rosa Parks, situé dans le centre-ville de Montgomery, près du lieu de son arrestation. Le musée contient des documents judiciaires et l'empreinte digitale originale de Rosa Park prélevée par la police, ainsi que des objets liés à sa vie. D'autres expositions soulignent le rôle de la stratégie, des efforts de groupe et des femmes dans cet acte vital de résistance.

Le WPC était loin d'être la seule organisation à faire pression en faveur de l'égalité des droits. Des institutions telles que les églises et les Colleges constituant des sites clés pour les organisateurs des droits civiques. Un an avant le boycott des bus de Montgomery, un jeune pasteur s'est installé à l'église baptiste de Dexter Avenue - le Dr Martin Luther King Jr. Il a poursuivi, avec l'avocat Fred Gray, le révérend Ralph Abernathy et la Montgomery Improvement Association, l'élan créé par le WPC, Edgar Nixon et d'autres.

La NAACP, une organisation clé du mouvement des droits civiques, est finalement interdite en Alabama en juin 1956. L'Alabama Christian Movement for Human Rights (ACMHR) est alors créé par le célèbre leader des droits civiques, le révérend Fred Shuttlesworth, pour poursuivre le travail. Ce groupe englobait plus de 60 églises, dont la propre paroisse de Shuttlesworth, l'église baptiste Bethel, qui a servi de siège à l'ACMHR jusqu'en 1961.

Sur le site préservé de l'église baptiste Bethel, les visiteurs peuvent s'asseoir sur des bancs à l'époque occupés par des militants des droits civiques et visionner un court documentaire sur la vie de Fred Shuttlesworth, tandis que des visites guidées des bâtiments donnent un aperçu des difficultés quotidiennes que rencontraient les Afro-Américains de Birmingham.

"L'idée de cohésion et d'institutionnalisation, avec des gens qui avaient déjà des habitudes communes, a pu être utilisée pour agir avec le mouvement. Vous pouviez travailler directement avec eux pour atteindre vos objectifs", explique Barry McNealy.

Découvrez un monument national américain à Birmingham

En 1962, l'ACMHR combine ses forces avec la Conférence du leadership chrétien du Sud (SCLC), dirigée par Martin Luther King. Cette formidable équipe commence à planifier des manifestations pacifiques contre la ségrégation à Birmingham.

"Quand ils se sont réunis, ils ont commencé quelque chose connu sous le nom de Projet X, dit Barry McNealy. Ils ne savaient pas ce que cela allait impliquer, alors ils ont utilisé la lettre X pour symboliser l'inconnu".

Le dimanche des Rameaux de 1963, une marche de 500 citoyens afro-américains part de l'église méthodiste Saint-Paul. Mais des chiens d'intervention ont été lâchés sur eux par la police et sur les instructions du commissaire à la sécurité publique, Eugene "Bull" Connor, notoirement brutal. Après cela, le Projet X est devenu le Projet C.

"Le C signifie "confrontation", explique Barry McNealy. Ils allaient affronter la ségrégation légale et de facto partout où ils pouvaient la trouver à Birmingham".

Le parc Kelly Ingram, qui a servi de lieu de rencontre aux activistes et qui a été le théâtre de la violence policière, expose désormais des sculptures qui racontent l'histoire du projet C. Les visiteurs curieux peuvent y voir la commémoration de manifestants arrêtés par la police, d'enfants emprisonnés et de courageux membres du clergé luttant pour l'égalité. Un audioguide accompagne les visiteurs dans les hauts et les bas du mouvement des droits civiques dans la ville.

Lors de manifestations à Birmingham en 1963, Martin Luther King a été arrêté le Vendredi saint et des chefs religieux blancs se sont adressés à lui dans une tribune publiée dans un journal pour lui demander de calmer le jeu. En réponse, il a rédigé la désormais célèbre "Lettre de la prison de Birmingham" sur des bouts de papier provenant de sa cellule. Aujourd'hui, les visiteurs peuvent voir la porte originale de la cellule, exposée au Birmingham Civil Rights Institute.

Euronews
Johny Pitts devant l'Institut des droits civils de Birmingham.Euronews

"La dernière chose qui l'intéressait était de calmer le jeu et d'essayer d'être conciliant", selon Barry McNealy.

Des semaines après l'arrestation de Martin Luther King, les 2 et 3 mai 1963, des centaines d'écoliers de Birmingham ont secrètement organisé ce qui est devenu la Croisade des enfants pour déserter leurs salles de classe à 11 heures du matin afin de protester contre la ségrégation et de porter leur voix devant la mairie.

Ces jeunes manifestants pacifiques, dont certains n'avaient que six ans, ont été attaqués par des chiens d'intervention de la police, battus et aspergés de canons à eau à haute pression. Plus de 2 000 enfants auraient été arrêtés et emmenés en prison dans des bus scolaires qu'ils n'avaient jamais été autorisés à prendre en raison des lois Jim Crow.

"Tout cela a été capturé par les médias et ces images se sont répandues dans le monde entier", dit Barry McNealy.

Plus tard cet été-là, alors que les écoles de l'Alabama avaient été forcées à l'intégration, une onde de choc frappa l'Amérique en plein cœur.

L'impensable se produisit le matin du dimanche 15 septembre, une journée consacrée à l'encadrement des jeunes à l'église baptiste de la 16e rue, lorsque des membres du Ku Klux Klan ont placé de la dynamite devant le sous-sol de l'église. L'explosion a tué Denise McNair, qui n'avait que 11 ans, et Addie Mae Collins, Cynthia Wesley et Carole Robertson, toutes âgées de 14 ans. Le drame a fait la une des journaux internationaux et a suscité une indignation publique qui a galvanisé le mouvement et a conduit le président John Fitzgerald Kennedy, avant son assassinat, à pousser pour l'adoption de la loi sur les droits civiques.

Le Birmingham Civil Rights District, qui comprend l'église baptiste de la 16e rue, le parc Kelly Ingram, le Birmingham Civil Rights Institute et le Carver Theatre, a été partiellement désigné monument national américain en 2017 par le président Barack Obama.

Euronews
Église baptiste de la 16e rue.Euronews

Avant le projet C, Martin Luther King avait mené une campagne à Albany, en Géorgie. En raison de l'approche non violente des forces de police sur place, qui étaient dirigées par Laurie Pritchett, l'action n'a pas abouti.

"Ce que Laurie Pritchett a fait, c'est qu'il a mené une campagne en étant cordial pour forcer Martin Luther King à essayer d'aller ailleurs", raconte Barry McNealy. Fred Shuttlesworth a déclaré que cet autre endroit a été chez Bull Connor, le responsable de la sécurité publique de Birmingham".

C'est finalement la réaction violente des forces de police de Birmingham qui a montré au monde la véritable nature de la ségrégation, stimulant le mouvement des droits civiques et aidant à sa cause - ce sur quoi Martin Luther King comptait. Les ségrégationnistes, enhardis par la violence qui caractérise cette période, ont également bombardé l'église baptiste Bethel à trois reprises.

"Plus vous êtes proche du feu, plus vous avez de chances de le combattre", dit Barry McNealy.

À Montgomery, les noms des 40 martyrs du mouvement des droits civiques sont gravés dans le granit noir du mémorial des droits civiques, accessible au public 24 heures sur 24.

Les visiteurs peuvent également se rendre au Equal Justice Legacy Museum et au National Memorial for Peace and Justice pour en savoir plus sur l'histoire déchirante du lynchage aux États-Unis et sur les dangers de l'ère Jim Crow dans le Sud. D'une sculpture émouvante sur l'esclavage réalisée par Kwame Akoto-Bamfo aux piliers sur lesquels sont gravés les noms des victimes de lynchage, en passant par l'œuvre de Hanks Willis Thomas sur la violence policière contemporaine, ce mémorial émouvant de deux hectares met en lumière leurs noms et leurs histoires.

"En raison de l'histoire de l'Alabama, vous aviez un groupe de personnes qui n'avait pas d'autre choix que de résister. Ils sont allés aussi loin qu'ils le pouvaient."

La résistance et la ténacité de citoyens ordinaires ont contribué à changer le monde. Ici, en Alabama, vous pouvez suivre les traces des héros des droits civiques, vous assoir sur le siège de Martin Luther King et même rencontrer certains des témoins oculaires de l'histoire qui partagent leurs histoires aujourd'hui. Une visite en Alabama est le voyage d'une vie et une célébration de la résilience de l'esprit humain dans la poursuite de l'égalité pour tous.