PUBLICITÉ

Les surfeurs attendent le "swell" du siècle en Europe

Les surfeurs attendent le "swell" du siècle en Europe
Tous droits réservés 
Par Vincent Coste
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

La tempête hivernale Hercules, qui a plongé une grande partie de l’Amérique du Nord dans un froid extrême, est également à l’origine d’un autre phénomène qui sévit sur les eaux de l’Atlantique. Toutes les stations météo sont unanimes : une houle géante s’abat sur l’Europe. Dans certaines zones, des vagues de plus de dix mètres sont à attendre. L’apogée de ces conditions extrêmes sera manifeste ce mardi 7 janvier, selon les services de météorologie.

Des consignes de sécurité sont à respecter sur les côtes. Météo France a placé tout le littoral atlantique français en vigilance orange. L’organisme météo indique que le déferlement de cette puissante houle d’ouest va entraîner un phénomène de « vagues-submersion » qui pourront causer des dégâts. Tous déplacements « sur les routes exposées à la houle ou déjà inondées sont ainsi à proscrire, tout comme les activités nautiques. »

Des clichés circulent sur les réseaux sociaux attestant de l’énormité des vagues, comme ici aux Açores :

Esto es lo que Estaba entrando hoy durante el día en las islas Azores tremendo verdad? Creo k estará ya aquí pic.twitter.com/WpQghXb8rX

— ibon garmendia (@ibongarmendia1) January 5, 2014

Ces monstres suscitent l’appétit d’une certaine communauté : les surfeurs de gros. Un tel « swell », houle en anglais, est effet synonyme de record à battre pour ces sportifs habitués à surfer des vagues géantes. Reste à déterminer, quel spot sera le plus exposé. Le Pays basque français (au large d’Urrugne), l’Irlande (Mullaghmore) ou bien le Portugal (aux Açores ou à Nazaré) sont en tête des pronostics.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No comment : Marc Quinn expose ses oeuvres à Kew Gardens

Un mort et quatre blessés après une attaque à l'épée à Londres

Contentieux entre Dublin et Londres : Rishi Sunak refuse de rapatrier les migrants d'Irlande