Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Attaque d'une synagogue à Jérusalem : faits, contexte et réactions

Attaque d'une synagogue à Jérusalem : faits, contexte et réactions
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En Israël, au moins quatre juifs ont été tués ce mardi par des assaillants palestiniens dans une synagogue à Jérusalem-Ouest. Il y a également plusieurs blessés, certains dans un état grave. Cela s’est passé en début de matinée à Har Nof, un quartier ultra-orthodoxe de la Ville sainte.

Les deux assaillants sont entrés dans la synagogue, munis d’un couteau, d’une hache et d’un pistolet. Ils s’en sont pris à des juifs en train de prier. Des policiers qui se trouvaient à proximité sont intervenus. Ils ont tiré sur les deux assaillants et les ont tués.

C’est l’un des attentats les plus meurtriers depuis des années à Jérusalem.

CONTEXTE

Cet attentat intervient dans un contexte de très vives tensions au Proche-Orient, avec des heurts quotidiens entre Palestiniens et forces de l’ordre israéliennes. – Début juillet, des extrémistes juifs avaient brûlé vif un adolescent palestinien de Jérusalem-Est, assurant agir par vengeance après le meurtre de trois Israéliens. – Il y a près d’un mois, un Palestinien a jeté sa voiture sur un arrêt de tramway. – Depuis, deux autres attentats à la voiture bélier ont ensanglanté Jérusalem et la Cisjordanie occupée, puis une série d’attaques au couteau a eu lieu jusqu‘à Tel-Aviv. – Dimanche soir, un chauffeur de bus palestinien, Youssef Ramouni, a été retrouvé pendu dans son dépôt de bus. La police israélienne a conclu à un suicide, ce que démentent les Palestiniens. Depuis la découverte de son corps, la Ville sainte est encore un peu plus sous tension.

Les appels à une désescalade, lancés ces derniers jours, ne semblent pas être entendus.

Ces tensions sont liées à la politique de colonisation menée par Israël dans les territoires palestiniens. Et puis il y a le litige autour de l’esplanade des Mosquées, située à Jérusalem-Est. Les Palestiniens accusent Israël de profanation de ce lieu saint pour les musulmans.

Ce contexte de vives tensions fait craindre à certains un embrasement généralisé.

RÉACTIONS

- Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien : “Israël réagira avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs”. Le chef du gouvernement israélien impute la responsabilité de l’attentat au Hamas et à Mahmoud Abbas.

- Mahmoud Abbas, président palestinien : “(L’Autorité palestinienne) condamne le meurtre de fidèles priant dans une synagogue”. Le dirigeant palestinien dénonce également “le meurtre de civils de quelque bord qu’ils soient”.

- John Kerry, Secrétaire d’Etat américain : “C’est un acte de pure terreur, et d’une brutalité insensée. J’appelle tous les leaders palestiniens, à tous les niveaux, à condamner cette attaque de la manière la plus ferme qui soit. La violence ne doit avoir sa place nulle part”.

- François Hollande, président français : “La France dénonce avec la plus grande force l’odieux attentat” de Jérusalem.

- Le mouvement radical palestinien Hamas salue cette attaque, estimant que c’est “une réponse à la série de crimes de l’occupant (israélien) à (la mosquée d’) al-Aqsa”.

euronews en direct