EventsÉvènements
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Attentats de Boston : début du procès de Djokhar Tsarnaev

Attentats de Boston : début du procès de Djokhar Tsarnaev
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Des souvenirs douloureux refont surface à Boston où s’est ouvert ce matin le procès de Djokhar Tsarnaev, l’un des auteurs présumés des attentats de

PUBLICITÉ

Des souvenirs douloureux refont surface à Boston où s’est ouvert ce matin le procès de Djokhar Tsarnaev, l’un des auteurs présumés des attentats de 2013, son frère, Tamerlan, ayant lui été tué par la police quelques jours après les faits. Djokhar Tsarnaev encourt la peine de mort ou la prison à perpétuité.

Le 15 avril 2013, deux bombes artisanales, dissimulées dans des sacs à dos, explosaient près de la ligne d’arrivée du marathon de Boston. Bilan : trois morts, dont un enfant de huit ans, et plus de 250 blessés. Quinze d’entre eux devront être amputés.

Moins de deux ans après les attentats, les habitants restent profondément marqués : “C’est terrible ce qui est arrivé, dit cette femme. Il doit être condamné et passer sa vie en prison pour réfléchir à ce qu’il a fait, s’il a une conscience. Je crois à la justice et je pense que justice sera faite.”

“Je pense à ceux qui sont dans la souffrance aujourd’hui, aux familles qui ont perdu leurs enfants, à ceux qui sont dans des chaises roulantes. C’est ce qui me préoccupe. Bien sûr qu’il est coupable”, ajoute cet habitant de Boston.

La défense a tenté, en vain, de déplacer le procès dans une autre ville, estimant qu’il serait impossible de trouver un jury impartial à Boston. Un jury finalisé au dernier moment au terme d’une longue sélection. Plusieurs victimes et proches de disparus étaient présents ce matin à l’ouverture de ce procès, qui pourrait s‘étendre sur plus de trois mois.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Boston : quatre jours de cauchemar

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia