Assad fustige le manque de volonté des Occidentaux à lutter contre le terrorisme

Assad fustige le manque de volonté des Occidentaux à lutter contre le terrorisme
Par Julien Pavy avec AFP et Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Près de quatre ans après le déclenchement du conflit syrien, Bachar al-Assad s’exprime dans une nouvelle interview accordée à la télévision

PUBLICITÉ

Près de quatre ans après le déclenchement du conflit syrien, Bachar al-Assad s’exprime dans une nouvelle interview accordée à la télévision portugaise RTP. Le président syrien affirme que les institutions du pays fonctionnent toujours, malgré la guerre, et que la population le soutient dans son combat contre les djihadistes, qui dit-il, sont soutenus par le Qatar, la Turquie et l’Arabie saoudite.

Bachar al-Assad fustige également l’attitude des Occidentaux : “Tout d’abord, on a besoin de représentants en Europe qui aient la volonté de combattre le terrorisme. Or, on ne les a pas trouvés jusqu‘à présent. On a aussi besoin de politiques prudentes. On ne peut pas avoir des dirigeants arrogants, qui ont adopté uniquement des politiques égoïstes. Enfin troisième point, et il est très important, la lutte contre le terrorisme devrait devenir une valeur. Elle ne doit pas donner lieu à des attitudes opportunistes.’‘

Sur le terrain de violents combats se poursuivaient ce jeudi à Alep, au lendemain de l’attaque spectaculaire contre un QG de l’armée. Le bâtiment a été presque entièrement détruit par une charge explosive souterraine, déposée par les rebelles. Un bilan, fourni par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, a fait état de vingt morts dans les rangs des forces gouvernementales.

Alep, au nord de la Syrie, est l’ancien poumon économique du pays. Les insurgés et l’armée se partagent aujourd’hui le contrôle de la ville.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'armée syrienne bombarde la province rebelle d'Idlib

No Comment : en Syrie, les manifestations anti-Assad se poursuivent dans le sud

Un homme suspecté d'être membre actif du groupe Etat islamique arrêté en Italie