Une loi antiterroriste plus dure en Egypte après les attentats du Sinaï

Une loi antiterroriste plus dure en Egypte après les attentats du Sinaï
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au lendemain d’une vague d’attentats sans précédent dans le Sinaï qui a fait des dizaines de morts, le président égyptien al-Sissi a promis une loi

PUBLICITÉ

Au lendemain d’une vague d’attentats sans précédent dans le Sinaï qui a fait des dizaines de morts, le président égyptien al-Sissi a promis une loi antiterroriste plus dure. Dès mercredi, le gouvernement a approuvé une nouvelle loi qui doit offrir “une justice rapide et venger les martyrs”, selon un communiqué.

“La critique de cette loi c’est qu’elle peut avoir un effet négatif sur la liberté d’expression et les droits de l’homme en Egypte mais ceux qui la défendent disent que lorsqu’il s’agit de se battre contre le terrorisme, dans certaines périodes de transisiton et de chaos, on peut fermer les yeux sur la démocratie, les droits de l’homme et la liberté.”, explique Bashir Abdl Alfatah, expert en politique.

L’armée égyptienne s’est dite déterminée à arracher les racines du terrorisme et précise qu elle ne s’ arrêtera pas avant d avoir purifié le Sinaï des foyers terroristes.

“La loi anti-terroriste n’est pas suffisante en elle-même pour éliminer les groupes terroristes et lutter contre leur croissance comme le disent certains ici, il doit y avoir un mouvement politique en parallèle pour contenir les groupes d’opposition et les réintegrer dans le processus politique pour qu’ils ne fassent pas usage de la violence”, explique notre correspondant sur place, Mohammed Shaikhibrahim

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Égyptiens aux urnes pour une présidentielle acquise au sortant al-Sissi

Les Premiers ministres belge et espagnol, en visite au terminal de Rafah, critiquent Israël

Gaza : la présidente de la Commission européenne opposée au "déplacement forcé" des Palestiniens