Accord sur le nucléaire oui, non pour le reste : le double discours de Téhéran

Accord sur le nucléaire oui, non pour le reste : le double discours de Téhéran
Par Laurence Alexandrowicz avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

D'accord sur le nucléaire iranien, mais seulement là dessus. Le guide suprême assure que la politique avec les Etats-Unis ne va pas changer.

PUBLICITÉ

Lors d’une déclaration marquant la fin du ramadan, le guide suprême Ali Khamenei a commenté les récents accords sur le nucléaire iranien.

“Notre politique contre l’arrogant gouvernement d’Amérique ne va pas changer du tout”, a dit l’ayatollah Ali Khamenei.

L’ayatollah a poursuivi son discours devant une foule criant “Mort à l’Amérique”, “Mort à la Grande-Bretagne” : “Nous n’arrêterons pas de soutenir nos amis dans la région : le peuple oppressé de Palestine, le peuple oppressé du Yémen, le peuple et le gouvernement de Syrie, le peuple et le gouvernement d’Irak, le peuple oppressé du Bahreïn.”

Barack Obama a immédiatement réagi aux propos du n°1 iranien, faisant la différence lui aussi entre cet accord et la politique globale: “Est-ce que cet accord résoud toutes les menaces que l’Iran représente pour ses voisins ? Non. Est-ce que cet accord nous assure comme jamais auparavant que l’Iran ne pourra pas obtenir l’arme nucléaire ? Oui. Et c‘était ça notre priorité dès le début.” Après presque deux ans d’intenses négociations, l’Iran et les grandes puissances ont conclu le 14 juillet un accord sur le nucléaire iranien. Le Parlement iranien et le Congrès américain doivent encore l’approuver. Une résolution doit aussi être adoptée lundi par le Conseil de sécurité de l’ONU pour entériner le texte.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles

L'Iran lance trois satellites faisant partie d'un programme critiqué par l'Occident

Les frappes aériennes entre le Pakistan et l'Iran pourraient-elles être le début d'une escalade régionale ?