Nucléaire iranien : John Kerry défend l'accord devant une commission parlementaire

Nucléaire iranien : John Kerry défend l'accord devant une commission parlementaire
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

John Kerry a défendu ce mardi à Washington l’accord sur le nucléaire iranien, devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des

PUBLICITÉ

John Kerry a défendu ce mardi à Washington l’accord sur le nucléaire iranien, devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.
Le secrétaire d’Etat s‘était déjà plié à l’exercice la semaine dernière devant les responsables du Sénat.
Et à chaque fois, il a pu constater l’hostilité d’une partie des parlementaires, les Républicains notamment, qui estiment que les Etats-Unis se sont fait “embobiner” par l’Iran.

“Il n’y avait pas de meilleur accord possible”, a rappelé John Kerry. Et d’insister sur toutes les obligations auxquelles les Iraniens doivent se plier.

“Ils (les Iraniens) sont soumis désormais et pour toujours à d‘énormes contraintes concernant les inspections. Ils doivent rendre des comptes pour tout ce qui touche aux activités de recherche et développement dans le domaine du nucléaire. Cette exigence concerne aussi la fabrication, la production de technologies sensibles, les centrifugeuses, les composants des rotors, tout ce qui entre dans le processus de fission nucléaire, les mines d’uranium, les usines de concentration, les déchets nucléaires. Ils sont engagés pour toutes ces choses là”.

L’accord sur le programme nucléaire iranien a été signé le 14 juillet dernier à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances.
Un accord qui prévoit une levée progressive des sanctions en échange de garanties que l’Iran ne se dotera pas de l’arme atomique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La chef de la diplomatie européenne en Iran pour vanter l'accord sur le nucléaire

Les États-Unis sous la menace d'un shutdown, les élus votent in extremis un nouveau budget

Les Etats-Unis et l'UE affichent leur unité face aux multiples crises