Contestation en Malaisie : "le peuple doit montrer son pouvoir"

Contestation en Malaisie : "le peuple doit montrer son pouvoir"
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deuxième jour de manifestation et de contestation à Kuala Lumpur en Malaisie, où l’ancien dirigeant Mahathir Mohamad est apparu, comme la veille. Les

PUBLICITÉ

Deuxième jour de manifestation et de contestation à Kuala Lumpur en Malaisie, où l’ancien dirigeant Mahathir Mohamad est apparu, comme la veille. Les Malaisiens se sont à nouveau rassemblés pacifiquement par milliers ce dimanche pour réclamer la démission du Premier ministre Najib Razak soupçonné de détournement.

Ancien homme fort du pays, âgé aujourd’hui de 90 ans, Mahathir Mohamad a estimé que le chef du gouvernement ne démissionnerait pas. “La seule façon pour le peuple de faire revenir l’ancien système est de destituer le Premier ministre. Et pour le destituer, le peuple doit montrer son pouvoir”, a ajouté Mahathir qui fut peu tolérant envers la contestation quand il était au pouvoir, de 1981 à 2003.

L’affluence ce dimanche après-midi semblait moins élevée que celle de la veille. Malgré l’interdiction des autorités, les manifestants ont répondu à l’appel du collectif Bersih, qui veut dire “propre” en malais et dont la couleur est le jaune. Des manifestations ont été organisées dans d’autres villes.

“Nous montrons que le peuple a un pouvoir immense, indiquait un manifestant. Nous ne changerons pas les choses demain. Mais c’est un début qui montre que nous prenons une direction”.

Les appels à la démission de Najib Razak se sont multipliés en juillet, après des révélations du Wall Street Journal selon lesquelles des enquêteurs malaisiens avaient découvert que l‘équivalent d’environ 640 millions d’euros avaient atterri sur ses comptes personnels. Najib Razak a démenti tout acte répréhensible. Selon des ministres, il s’agirait de “dons politiques” non identifiés venant du Moyen-Orient.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Géorgie : 20 000 personnes contre la "loi russe"

Géorgie : le Parlement adopte une première version de la "loi russe"

Des milliers d'agriculteurs italiens manifestent pour la protection du Made in Italy