Premières frappes françaises en Syrie

Premières frappes françaises en Syrie
Par Cecile Mathy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie contre l’Etat Islamique. L’annonce a été faite par l’Elysée ce dimanche matin. Jusqu’ici

PUBLICITÉ

La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie contre l’Etat Islamique.

L’annonce a été faite par l’Elysée ce dimanche matin.

Jusqu’ici Paris n’avait pilonné les positions du groupe islamique qu’en Irak, estimant que bombarder Daesh en Syrie revenait à aider le régime de Bashar al-Assad.

Changement de stratégie

François Hollande avait finalement changé d’avis en début de mois, invoquant la “légitime défense”, lors de sa conférence de presse du 7 septembre, dont voici quelques extraits.

#Syrie : “Bachar el-Assad a tiré sur son peuple, a utilisé des armes chimiques. La transition politique passe par son départ” #ConfPR

— Élysée (@Elysee) September 7, 2015

#Syrie : “Une fois les informations recueillies par des vols de reconnaissance, nous seront prêts à lancer des frappes” #ConfPR

— Élysée (@Elysee) September 7, 2015

Pour en savoir plus : notre article dédié à cette annonce dechangement de stratégie

L’enjeu de la sécurité nationale

“Nous frapperons à chaque fois que notre sécurité nationale sera en jeu”, a ajouté l’Elysée.

Ces frappes de l’armée française interviennent en coordination avec la coalition internationale. La France a en revanche exclu toute intervention terrestre.

Pour lire le communiqué de l’Elysée, suivez le lien ci-dessous.

Frappes aériennes françaises en Syrie http://t.co/QDDUkTV7Cb

— Élysée (@Elysee) September 27, 2015

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France affirme que la Russie a menacé d'abattre des avions français au-dessus de la mer Noire

Hommage : Missak Manouchian et son épouse Mélinée reposent désormais au Panthéon

Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le salon de l'Agriculture