Accueil des réfugiés : l'Allemagne adopte une politique plus restrictive

Accueil des réfugiés : l'Allemagne adopte une politique plus restrictive
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les mesures ont été acceptée par Angela Merkel, sous la pression de la base de son parti conservateur.

PUBLICITÉ

De tous les pays européens, l’Allemagne est celui qui accueille le plus de réfugiés. On avance le chiffre de 800 000 rien que pour l’année 2015.

Jusqu‘à présent, les autorités allemandes, la chancelière en tête, ont défendu et même promu une politique de la main tendue. Sauf que cela fait grincer des dents, y compris dans les rangs du parti conservateur d’Angela Merkel.
Des adhérents de la CDU ont fait défection, et la côte de popularité de la chancelière est en baisse.

Angela Merkel s’est donc ralliée à une proposition de son parti visant à durcir la législation en matière d’immigration. Les procédures d’expulsion sont accélérées. Les incitations financières pour accueillir les réfugiés sont revues à la baisse. Ces mesures ont été entérinées ce jeudi par les députés à Berlin.

Le rôle de la Turquie

A la tribune, la chancelière a expliqué que la solution à la crise migratoire passait aussi par un soutien à la Turquie.

“La plupart de ceux qui fuient la guerre et qui arrivent en Europe, passent par la Turquie, a-t-elle indiqué. On ne pourra donc pas encadrer le flux des réfugiés sans coopérer davantage avec la Turquie”.

Angela Merkel se rendra dimanche à Ankara. Une visite durant laquelle elle insistera sur la surveillance des frontières maritimes. “Il n’est pas acceptable que l’espace maritime entre la Turquie et la Grèce soit actuellement aux mains de passeurs”, a-t-elle récemment souligné.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quatre blessés après une attaque au couteau en Allemagne

Plus de 100 000 passagers affectés par une grève du personnel au sol de Lufthansa

L’Allemagne peut-elle être neutre au sujet de la guerre à Gaza ?