Suède : l'éducateur assassiné dans une école en raison de ses origines a été inhumé

Suède : l'éducateur assassiné dans une école en raison de ses origines a été inhumé
Par Euronews avec avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emotion et recueillement aujourd’hui au petit cimetière de Trollhättan en Suède. Une foule immense a assisté aux funérailles de la première des deux

PUBLICITÉ

Emotion et recueillement aujourd’hui au petit cimetière de Trollhättan en Suède.
Une foule immense a assisté aux funérailles de la première des deux victimes assassinées le 22 octobre dernier dans une école de la ville pour des raisons racistes par un jeune homme imprégné de haine et de violence.

Lavin Eskandar était un jeune éducateur de 20 ans, d’origine irakienne, dans une école fréquentée par des jeunes issus de l’immigration. Il a été célébré en héros : au moment de l’attaque meurtrière, le jeune homme se serait jeté sur l’assaillant dans l’espoir de le désarmer et de sauver ses élèves au péril de sa propre vie.
“Les terroristes ont tué Lavin. C‘était une bonne personne, il était agréable avec tous. Pars mon fils, je suis fière de toi”, a dit Intesar Fares, la mère du jeune homme, qui était apprécié de tous dans son quartier pour son engagement auprès des jeunes en difficulté.
Né en Suède de parents irakiens, Lavin Eskandar, 20 ans, a succombé aux coups de sabre d’Anton Lundin-Pettersson, un Suédois de 21 ans qui a semé la terreur avant d‘être abattu.
Armé d’un sabre et d’un grand couteau, le tueur, qui a laissé une lettre annonçant ses intentions criminelles et ses motivations racistes, a aussi tué un élève de 15 ans, et blessé un enseignant et un autre élève, tous trois d’origine étrangère.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Suède clôt l'enquête sur le sabotage des gazoducs Nord Stream

Tesla a entamé des poursuites contre l’Etat suédois pour une grève

Suède: un Russo-suédois soupçonné d'être un agent russe relaxé