L'ex-président du Panama, Ricardo Martinelli, visé par un mandat d'arrêt

L'ex-président du Panama, Ricardo Martinelli, visé par un mandat d'arrêt
Par Anne Devineaux avec Reteurs, EFE
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’ancien président du Panama, Ricardo Martinelli, visé par un mandat d’arrêt. C’est la Cour Suprême de justice du pays qui a ordonné sa détention ce

PUBLICITÉ

L’ancien président du Panama, Ricardo Martinelli, visé par un mandat d’arrêt. C’est la Cour Suprême de justice du pays qui a ordonné sa détention ce lundi.
Il est soupçonné notamment d’avoir fait surveiller illégalement ses opposants avec de l’argent public.
Ce multimillionnaire, qui a fait fortune à la tête d’un réseau de supermarchés, a dirigé le pays entre 2009 et 2014. Parti à l‘étranger en janvier dernier, il se trouverait actuellement à Miami.
Son nom figure dans plusieurs enquêtes pour corruption.
Pour ce qui est de l’affaire d’espionnage, quelques 150 personnalités ont été ciblées, politiques, syndicalistes, avocats et autres membres d’ONG.

“C’est un bon début” s’est félicité le procureur général, Marco Antonio Bernal. “et ça ne doit pas concerner que les anciens présidents, comme dans le cas Martinelli, mais aussi les ministres, les députés. Quiconque porte atteinte à la dignité des Panaméens, doit rendre des comptes devant la justice. Il faut mettre fin à l’impunité qu’on a vu dans ce pays ces dernières décennies”.

L’ex-président a rejeté les accusation dans un tweet, où il dénonce une attaque politique.

Round 1 de juicio politico: sin estar en expediente, sin imputaciòn, sin debida notificaciòn y sin condena se ordena detencion provisional.

— Ricardo Martinelli (@rmartinelli) 22 Dicembre 2015

Une poignée de ses supporters a manifesté à l’extérieur de la Cour Suprême.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Panama : des coups de feu retentissent durant un match de la Gold Cup

Logiciel espion Pegasus : une longue liste de victimes et une commission d'enquête parlementaire

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à Kyiv pour une visite de deux jours