PUBLICITÉ

La frontière turque reste fermée aux réfugiés d'Alep

La frontière turque reste fermée aux réfugiés d'Alep
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Conséquence des combats dans la région d’Alep, des milliers de civils, dont de nombreux enfants, s’entassent toujours dans des camps près de la

PUBLICITÉ

Conséquence des combats dans la région d’Alep, des milliers de civils, dont de nombreux enfants, s’entassent toujours dans des camps près de la frontière turque. Ils ont reçu ce jeudi de l’aide humanitaire.

Pressé par les Nations Unies d’ouvrir ses frontières à cette nouvelle vague de réfugiés syriens, le président turc a exprimé publiquement son exaspération. Recep Tayyip Erdogan menace l’Europe de lui envoyer des migrants. “A Edirne, près de la Grèce et de la Bulgarie, nous avons mis des réfugiés dans un bus et nous les avons renvoyés. On peut le refaire, une fois, deux foix. Désolé, mais nous pouvons ouvrir les portes et leur dire : bon voyage.”

La Turquie s’est dite prête à accueillir des réfugiés syriens si nécessaires. Mais pour l’heure, la frontière leur est toujours fermée. En attendant, ils patientent dans ces camps sur le sol syrien, dans des conditions très difficiles. ‘‘C’est à cause de l’offensive de l’armée syrienne et de l’intensité des frappes russes sur les villages et localités près d’Alep qu’il y a tant de déplacés”, dit cet homme.

Selon la Croix-Rouge, plus 50.000 personnes ont fui les récents combats qui font rage dans la région d’Alep. Des milliers d’autres pourraient affluer vers ces camps. Plus de 300.000 civils résideraient toujours à Alep, estime l’ONU.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Erdogan s'emporte contre Washington sur la question kurde

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends

En Turquie, des élections municipales aux enjeux nationaux