EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Syrie : réactions à l'accord sur la "cessation des hostilités"

Syrie : réactions à l'accord sur la "cessation des hostilités"
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’accord sur la “cessation des hostilités” conclu dans la nuit de jeudi à vendredi à Munich a été accueilli avec satisfaction par les délégations

PUBLICITÉ

L’accord sur la “cessation des hostilités” conclu dans la nuit de jeudi à vendredi à Munich a été accueilli avec satisfaction par les délégations présentes.

Ainsi Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne. Elle a reconnu que les négociations “n’ont pas été faciles“. “Maintenant, a-t-elle ajouté, le véritable test, ce sera la mise en œuvre de ce qui a été décidé cette nuit. Mais je pense que c’est déjà une bonne chose que nous ayons obtenu ce résultat, tous ensemble“.

Nous ne sommes pas simplement tombés d’accord sur le principe de l’aide humanitaire, a précisé de son côté le chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, nous nous sommes engagés à faire parvenir les premiers convois d’aide dès ce week-end“.

L’opposition syrienne prudente

Autre réaction, celle de la délégation de l’opposition syrienne.
Là aussi, l’accord est plutôt bien accueilli. Mais là aussi, on attend de voir la mise en œuvre de cet accord sur le terrain.

“C’est en fonction de l’application de l’accord sur le terrain qu’on pourra reparler de processus politique”, précise Salim al-Muslat, porte-parole de l’opposition syrienne.

Les négociations de Genève

Des pourparlers inter-syriens avaient été engagés début février à Genève (Suisse). Mais ces discussions ont été rapidement suspendus en raison de l’offensive menée par les troupes syriennes appuyées par l’aviation russe, notamment dans la région d’Alep.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Accélérer et accroître les expulsions de clandestins, tel est l'objectif du projet de loi de Berlin

UE : l'Ukraine salue l'ouverture des négociations d'adhésion

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates