PUBLICITÉ

Fortes tensions dans le camp de migrants de Moria sur Lesbos

Fortes tensions dans le camp de migrants de Moria sur Lesbos
Tous droits réservés 
Par Pierre Le Duff avec AFP, REUTERS, APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des tensions ont éclaté mardi dans le camp de migrants de Moria, sur l‘île de Lesbos en Grèce, pendant une visite ministérielle. Près de 3 000

PUBLICITÉ

Des tensions ont éclaté mardi dans le camp de migrants de Moria, sur l‘île de Lesbos en Grèce, pendant une visite ministérielle.

Près de 3 000 migrants y sont actuellement enfermés. Ce hotspot d’enregistrement des nouveaux arrivants sur l‘île s’est transformé en camp de rétention fermé depuis l’entrée en vigueur le 20 mars de l’accord UE – Turquie.

“La situation a dégénéré, à tel point que l’on parle d’environ 600 personnes qui ont pris le contrôle du camp. Les autres réfugiés à l’intérieur, essentiellement des femmes et des enfants, sont effrayés”, raconte le médecin Piero Maldari de l’ONG italienne Rainbow.

Les manifestants auraient lancé des pierres sur les policiers. Selon ces derniers, huit mineurs ont été hospitalisés, légèrement blessés après des bagarres entre Pakistanais et Afghans.

Moria riot footage from inside the camp on Lesbos available to license from verifeyemedia</a> <a href="https://t.co/zfPTYH9rWq">pic.twitter.com/zfPTYH9rWq</a></p>&mdash; John D McHugh (johndphoto) 26 avril 2016

Image sent to me by a refugee in Moria camp on Lesbos – riots after weeks of detention pic.twitter.com/gTqdj2Gkig

— Zia Weise (@ZiaWeise) 26 avril 2016

Ces heurts ont éclaté quelques heures après le renvoi de réfugiés en Turquie à bord de ferries. Lors de cette troisième vague de rapatriements depuis le 4 avril, 49 migrants originaires d’Afghanistan, d’Iran, du Pakistan et de Birmanie ont été renvoyés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT : Rafah va être attaquée, la population appelée à évacuer

No Comment : en Haïti, la violence des gangs conduit plus de 53 000 personnes à fuir la capitale

Guerre Israël-Hamas : Israël reconnaît une "grave erreur" en tuant sept humanitaires