EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

France : les opposants à la loi Travail maintiennent la pression

France : les opposants à la loi Travail maintiennent la pression
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les manifestants étaient deux fois plus nombreux que mardi : 128.000 selon la police, 400.000 selon les organisateurs. Les syndicats ne relâchent pas la pression contre cette réforme qu'ils jugent

PUBLICITÉ

Les opposants à la loi Travail se sont à nouveau mobilisés et ils étaient deux fois plus nombreux que mardi : 128.000, dans tout le pays, selon la police, 400.000 selon les organisateurs. Les syndicats ne relâchent pas la pression contre cette réforme qu’ils jugent injuste pour les salariés.

“Monsieur Hollande, avec vos colistiers, messieurs Macron, Valls et madame El Khomri, si vous ne voulez pas qu’il y ait la révolution, vous feriez mieux de regarder un peu mieux la loi Travail et la mettre au placard’‘, souligne André, un retraité.

Malgré la contestation, le gouvernement français resté déterminé à faire passer cette loi, déjà adoptée, sans vote, en première lecture à l’Assemblée, grâce à l’article 49.3. Une détermination affichée aussi par les manifestants, en particulier les étudiants, qui redoutent une généralisation de la précarité.

“La loi continue à avancer, le projet n’est toujours pas retiré, le 49.3 est toujours là, ils n’ont pas l’air de changer d’avis, et nous non plus’‘, dit Antoine.

Des violences ont à nouveau éclaté en marge des manifestations. La police a procédé à 115 interpellations sur toute la France, la plupart à Nantes, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

À Paris, il y a eu quelques heurts, mais le “climat était plus serein” que les jours précédents a indiqué la préfecture.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Policiers attaqués à Paris: quatre arrestations

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français

Journée “prisons mortes” en France suite à l'attaque d'un fourgon pénitentiaire