EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le G7 cherche toujours la recette miracle pour relancer l'économie mondiale

Le G7 cherche toujours la recette miracle pour relancer l'économie mondiale
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les dirigeants des sept plus grandes économies du monde sont au Japon à l’occasion du G7.

PUBLICITÉ

Les dirigeants des sept plus grandes économies du monde sont au Japon à l’occasion du G7.
Outre la question du terrorisme et de la crise migratoire, c’est la relance de l‘économie mondiale, particulièrement atone qui inquiète les pays les plus riches de la planète.

Au Japon, un sommet du G7 sous très haute surveillance, par notre envoyé spécial pmtokyo</a> <a href="https://t.co/sRexBPr7k9">https://t.co/sRexBPr7k9</a></p>&mdash; Le Monde Inter (lemonde_inter) 25 mai 2016

Pour relancer la machine, l’Italie et le Japon plaident notamment pour augmenter davantage les dépenses publiques.

Et en la matière le Japon a une longueur d’avance : “Comme vous le savez le Premier ministre du Japon a pris des mesures économiques qu’on appelle les Abenomics. Et je crois que ce programme pourrait s’appliquer à d’autres économies dans le monde”, a déclaré Kenko Sone, un conseiller du Premier ministre Japonais.

Mais cette relance par la dépense est loin de faire l’unanimité. Angela Merkel et David Cameron y sont fermement opposés.

Les Européens sont davantage unis dès qu’il s’agit de critiquer le dumping de la Chine dans le secteur de l’“acier”:http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/acier-la-production-mondiale-en-baisse-en-2015-apres-5-ans-de-hausse-25-01-2016-5483673.php.

“Je pense que nous avons un problème général en Europe au regard des surcapacités de la Chine, a indiqué Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne. Cela affecte tous nos pays et notamment les 22 pays de l’Union européenne qui produisent de l’acier. Et tous ces pays ont le droit de défendre leur industrie.”

La Chine, justement : deuxième économie mondiale, elle ne siège pas au G7. Mais il en a été beaucoup question : entre commerce et géopolitique, l’expansionisme chinois inquiète sérieusement ses voisins.
Que “le G7 s’occupe de ses propres affaires”, a répondu sèchement Pékin.

Avec AFP et Reuters

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le G7 demande à Israël d'autoriser des pauses humanitaires

G7 : 50 milliards de dollars pour l'Ukraine, accords de sécurité avec Washington et Tokyo

G7 : un accord trouvé pour décaisser 50 milliards de dollars pour l’Ukraine