EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brexit: la PM écossaise "encouragée" par ses rencontres à Bruxelles

Brexit: la PM écossaise "encouragée" par ses rencontres à Bruxelles
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La première ministre de l’Ecosse accueillie quasiment comme une chef d’Etat.

PUBLICITÉ

La première ministre de l’Ecosse accueillie quasiment comme une chef d’Etat.
Nicola Sturgeon est venue mercredi à Bruxelles où elle a été reçue par le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

.JunckerEU</a> received <a href="https://twitter.com/NicolaSturgeon">NicolaSturgeon, First Minister of #Scotland to listen: https://t.co/WnYNVMHS5Npic.twitter.com/MlDA7UfW1R

— Mina Andreeva (@Mina_Andreeva) 29 juin 2016

Six jours après le référendum sur le Brexit, son objectif est clair: réaffirmer l’ambition écossaise de rester un membre de l’Union.Car le 23 juin dernier, près de 62% des Ecossais ont voté pour le maintien du Royaume-Uni au sein des 28.

“S’il y a moyen pour que l’Ecosse puisse rester, je suis déterminée à le trouver et à l’essayer. Comme je l’ai dit, je ne sous-estime pas les défis que cela implique mais je suis encouragée par la volonté d‘écoute que j’ai trouvée aujourd’hui.”

Martin Schulz, le président du Parlement européen fait partie de ceux qui ont prêté une oreille attentive à la Première ministre lors d’une rencontre dans la matinée. Car l’enjeu est de taille. Dès l’annonce des résultats, Nicola Sturgeon avait évoqué la possibilité d’un nouveau référendum sur l’indépendance de l’Ecosse. En 2014, les Ecossais avaient répondu non à la même question à près de 55%, mais le contexte britannique actuel pourrait bien largement changer la donne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit : l'Ecosse s'invite à Bruxelles

Keir Starmer affirme que le Royaume-Uni doit rétablir le dialogue avec l'UE

Pourquoi l'UE doit-elle surveiller de près les élections au Royaume-Uni ?