Royaume-Uni: "marche pour l'Europe" des anti-Brexit

Royaume-Uni: "marche pour l'Europe" des anti-Brexit
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Deux drapeaux côte à côte, symbole de ces Britanniques qui ne veulent pas du Brexit.

PUBLICITÉ

Deux drapeaux côte à côte, symbole de ces Britanniques qui ne veulent pas du Brexit. Ils étaient environ 2000 dans les rues de Londres samedi, mais aussi à Birmingham, Edimbourgh ou Oxford. Leur slogan: nous avons besoin de l’Union.

OwenJones84</a> at <a href="https://twitter.com/hashtag/marchforeurope?src=hash">#marchforeurope</a> <a href="https://t.co/7RavWshi2N">pic.twitter.com/7RavWshi2N</a></p>&mdash; Dr Alan Firth (diponte) 3 septembre 2016

Une marche pour faire entendre leur voix alors que Theresa May se montre ferme sur le sujet. “Il s’agit d’un mouvement national. Six villes différentes manifestent aujourd’hui, ces gens représentent des millions d’autres. Les gens ont perdu la confiance dans leur système politique, ils ne pensent pas que les choses pourraient changer. Nous croyons qu’elles peuvent changer, que les gens ont le droit d’avoir leur mot à dire sur ce qu’il va se passer en Europe”, résume Fabien Riggall, réalisateur et participant à la marche. La manifestation a eu lieu à l’avant-veille d’un débat au Parlement sur une petition en ligne réclamant un second référendum réunissant quatre millions de signatures. _“Nous pouvons faire beaucoup de choses pour nous opposer à cela, il y a des moyens, via la Chambre des lords, un recours en constitutionnalité et en légalité même devant l’Union Européenne. Peut-être même un deuxième vote qui sait…Mais si nous ne disons rien et que nous laissons cela arriver, alors nous sommes assurés que nous sortirons de l’Union dans les pires conditions”, renchérit un manifestant.

La Première ministre Theresa May a déclaré qu’elle ne lancerait pas la procédure de sortie et l’article 50 du Traité sur l’UE avant la fin de l’année. Une façon de se donner du temps car les points d’interrogation sont légion. Marché commun, libre circulation, place de l’Ecosse…Theresa May va devoir déminer de nombreux dossiers.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions

Le gouvernement britannique accusé de faire peur aux citoyens de l'UE pour qu'ils quittent le pays