EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Syrie : Washington accuse Moscou d'avoir bombardé un convoi humanitaire

Syrie : Washington accuse Moscou d'avoir bombardé un convoi humanitaire
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie et les Etats-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait voler en éclats la trêve initiée il y a une semaine en Syrie.

PUBLICITÉ

La Russie et les Etats-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait voler en éclats la trêve initiée il y a une semaine en Syrie.

Washington a affirmé mardi soir qu’il tenait “le gouvernement russe pour responsable” d’un bombardement survenu la veille près d’Alep contre un convoi humanitaire, qui a provoqué un tollé international.

Un raid qui a aussi entraîné l’arrêt de l’acheminement par camions de l’aide de l’ONU qui avait à peine démarré.

“Toutes nos informations indiquent clairement qu’il s’agissait d’une frappe aérienne. Cela signifie qu’il peut seulement y avoir eu deux entités responsables : soit le régime syrien, soit le gouvernement russe. Nous tenons le gouvernement russe pour responsable des frappes, sachant qu’ils s‘étaient engagé à cesser les opérations aériennes dans les endroits ou est acheminée l’aide humanitaire”, à déclaré Ben Rhodes, conseiller national adjoint pour les Communications stratégiques.

Moscou a diffusé des images de drones, précisant que l’attaque n’avait pas pour origine un bombardement aérien. Cerclé de rouge, on y distingue un pick-up transportant un lance-grenade qui appartiendrait aux forces rebelles.

Le bilan de l’attaque est de vingt morts, dont un responsable du Croissant-Rouge.

A peine deux heures plus tôt, l’armée syrienne avait déclaré la fin du cessez-le-feu initié une semaine plus tôt.

Samedi, des frappes attribuées à la coalition emmenée par Washington avaient tué 90 soldats de l’armée loyale à Bachar al-Assad.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Syrie : un centre médical bombardé au sud d'Alep

Syrie : Kerry ne veut pas renoncer à la trêve, mais les accusations fusent après l'attaque contre un convoi humanitaire

L'appel de Hollande sur la Syrie : "Ça suffit"