Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Syrie : Washington accuse Moscou d'avoir bombardé un convoi humanitaire

Syrie : Washington accuse Moscou d'avoir bombardé un convoi humanitaire
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La Russie et les Etats-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait voler en éclats la trêve initiée il y a une semaine en Syrie.

"Nous tenons le gouvernement russe pour responsable des frappes, sachant qu'ils s'étaient engagés à cesser les opérations aériennes dans les endroits ou est acheminée l'aide humanitaire"

Washington a affirmé mardi soir qu’il tenait “le gouvernement russe pour responsable” d’un bombardement survenu la veille près d’Alep contre un convoi humanitaire, qui a provoqué un tollé international.

Un raid qui a aussi entraîné l’arrêt de l’acheminement par camions de l’aide de l’ONU qui avait à peine démarré.

“Toutes nos informations indiquent clairement qu’il s’agissait d’une frappe aérienne. Cela signifie qu’il peut seulement y avoir eu deux entités responsables : soit le régime syrien, soit le gouvernement russe. Nous tenons le gouvernement russe pour responsable des frappes, sachant qu’ils s‘étaient engagé à cesser les opérations aériennes dans les endroits ou est acheminée l’aide humanitaire”, à déclaré Ben Rhodes, conseiller national adjoint pour les Communications stratégiques.

Moscou a diffusé des images de drones, précisant que l’attaque n’avait pas pour origine un bombardement aérien. Cerclé de rouge, on y distingue un pick-up transportant un lance-grenade qui appartiendrait aux forces rebelles.

Le bilan de l’attaque est de vingt morts, dont un responsable du Croissant-Rouge.

A peine deux heures plus tôt, l’armée syrienne avait déclaré la fin du cessez-le-feu initié une semaine plus tôt.

Samedi, des frappes attribuées à la coalition emmenée par Washington avaient tué 90 soldats de l’armée loyale à Bachar al-Assad.