PUBLICITÉ

L'épidémie de "clowns maléfiques" s'étend

L'épidémie de "clowns maléfiques" s'étend
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

A l’approche d’Halloween, ils font un retour en force.

PUBLICITÉ

A l’approche d’Halloween, ils font un retour en force. On les appelle les clowns “sinistres”, “maléfiques”, voire les “clowns tueurs”. Les premiers signalements ont débuté il y a un mois et demi au Canada et aux Etats-Unis.

A leur tour, le Royaume-Uni, l’Australie ou encore la Nouvelle-Zélande sont touchés par le phénomène de ces sinistres personnages qui s’efforcent de terroriser tout un chacun. La police britannique a émis une alerte, après une série d’incidents. Dans la ville de Durham, quatre enfants de 11 et 12 ans ont ainsi été suivis jusqu‘à leur école par un clown sinistre armé d’un couteau.

PEOPLE IN THE NEWCASTLE AREA. PLEASE BE CAREFUL THE CLOWN ATTACKS ARE VERY VERY REAL pic.twitter.com/5vkjmjURnv

— megan bell (@Sexonmetria) 4 Οκτωβρίου 2016

Un peu partout, les autorités font aussi face à la propagation de nombreuses rumeurs et fausses alertes. Sur twitter et Facebook, les témoignages d’internautes sont nombreux. Sur Twitter, on retrouve parmi les hashtags les plus populaires “#IfISeeAClown” et le compte @SpookyClowns (clowns effrayants).

#CreepyClowns invade UK, Australia – officials ponder eradication of invasive species https://t.co/fBIOEJC2m5pic.twitter.com/U1AldC84v8

— AmericasMostHaunted (@amhaunted) 8 Οκτωβρίου 2016

Réelle ou imaginaire, cette épidémie de clowns effrayants alimente la paranoïa. La peur du clown a désormais un nom clinique la “coulrophobie” selon les psychologues. Les vrais et gentils clowns tentent de faire entendre leur voix pour défendre leur image. Ils ont un soutien de poids en la personne de Stephen King, l’auteur de “it”, “ça” (roman dépeignant un clown malfaisant paru en 1986) qui a appelé à calmer le jeu.

Hey, guys, time to cool the clown hysteria—most of em are good, cheer up the kiddies, make people laugh.

— Stephen King (@StephenKing) 3 octobre 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un mort et quatre blessés après une attaque à l'épée à Londres

L'usage récréatif du gaz hilarant interdit au Royaume-Uni

Royaume-Uni : la police arrête le fugitif qui s'était échappé d'une prison