PUBLICITÉ

Violences à Athènes en marge de la visite de Barack Obama

Violences à Athènes en marge de la visite de Barack Obama
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plusieurs centaines de militants anarchistes ont été repoussés par la police alors qu'ils s'approchaient de l'ambassade américaine

PUBLICITÉ

Plusieurs centaines de militants anarchistes ont été repoussés par la police ce mardi soir, alors qu’ils s’approchaient de l’ambassade américaine à Athènes, pendant que Barack Obama dînait avec son homologue grec Prokopis Pavlopoulos et le Premier ministre Alexis Tsipraset, au palais présidentiel.

Les insurgés, coutumiers de ces opérations dans la capitale grecque, ont riposté par des jets de projectiles et des cocktails Molotov, avant d‘être rapidement dispersés.

Un peu plus tôt quelques 7 000 sympathisants de gauche défilaient à l’appel des syndicats pour exprimer leur rejet de Donald Trump et dénoncer la politique étrangère de Barack Obama.

La politique des Etats-Unis est meurtrière. Ils sont responsables du printemps arabe, des dernières guerres et de l’intervention en Syrie. Ils ne s’intéressent qu’au pétrole, et pas aux peuples“ a dit une manifestante.

La visite du président américain se terminera ce mercredi à l’acropole d’Athènes. Elle intervient deux jours avant l’anniversaire de la sanglante révolte étudiante de 1973, qui avait participé à la chute de la dictature des colonels soutenue par les Etats-Unis.

We warmly welcome in Athens POTUS</a> Barack Obama. A meeting of great importance for our country and Europe. <a href="https://t.co/M0pe0sPr3O">pic.twitter.com/M0pe0sPr3O</a></p>&mdash; Alexis Tsipras (tsipras_eu) 15 novembre 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : en Haïti, la violence des gangs conduit plus de 53 000 personnes à fuir la capitale

Mort d'Alexeï Navalny : plus de 100 arrestations en Russie

Sénégal : les tensions éclatent après l'annonce du report de l'élection présidentielle