Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Partenariat transpacifique : réactions au possible retrait américain

Partenariat transpacifique : réactions au possible retrait américain
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Parmi les mesures annoncées par Donald Trump, la plus retentissante est le retrait des Etats-Unis du traité commercial transpacifique. Négocié pendant de longues années, cet accord de libre-échange a été signé en 2015 par douze pays de la région Asie-Pacifique. Pour entrer en vigueur il devait être encore approuvé par le Congrès. Mais le président élu promet de l’abandonner au premier jour de son mandat et de négocier à la place des traités bilatéraux.

“Le TPP sans les États-Unis n’aurait pas de sens”, a réagi le Premier ministre japonais Shinzo Abe. “Il est impossible de renégocier le TPP et, le cas échéant, cela déstabiliserait l‘équilibre fondamental des intérêts”, a-t-il estimé.

La Chine, deuxième économie mondiale ne fait pas partie de ce traité. Pékin se dit favorable à tout type d’accords commerciaux qui peuvent bénéficier à la région. “Nous espérons que ces accords commerciaux suivront les règles de l’OMC, l’Organisation Mondiale du Commerce et favoriseront un système de commerce multilatéral”, a dit Geng Shuang, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères.

Autre réaction en Australie, un pays qui a signé l’accord de partenariat transpacifique. Pour le Premier ministre Malcom Turnbull, Donald Trump et le nouveau Congrès prendront leur propre décision dans l’intérêt des Etats-Unis. Du point de vue de l’Australie, il est très clair qu’avoir un débouché plus important pour les exportations australiennes, qu’il s’agisse de biens ou de services, un accès à ces grands marchés est manifestement dans notre intérêt pour renforcer l’emploi et la croissance économique”.