Limitation des forages pétroliers : le pied-de-nez d'Obama à Trump

Limitation des forages pétroliers : le pied-de-nez d'Obama à Trump
Tous droits réservés 
Par Olivier Peguy avec AGENCES
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président américain annonce l'interdiction permanente de nouveaux forages dans l'Atlantique et l'Arctique.Cela devrait provoquer la colère du camp républicain.

PUBLICITÉ

Un mois avant son départ de la Maison Blanche, Barack Obama a annoncé ce mardi l’interdiction permanente de nouveaux forages gaziers et pétroliers dans les eaux américaines de l’Atlantique et de l’Arctique.

L’annonce a été faite de manière conjointe avec le Premier ministre canadien.
Les deux dirigeants disent vouloir préserver les écosystèmes et dans le même temps réduire la dépendance aux énergies fossiles.

Nous annonçons avec les É.-U. des mesures pour assurer la viabilité de l’économie et de l’écosystème de l’Arctique : https://t.co/ayS2ZWQggk

— Justin Trudeau (@JustinTrudeau) 20 décembre 2016

Signal envoyé à Donald Trump

Barack Obama s’appuie sur une loi de 1953 qui autorise le président américain à interdire dans certaines zones l’exploitation des ressources naturelles.
Cette loi précise que les mesures prises dans ce cadre ne peuvent être remises en cause par un autre président. Une manière pour Barack Obama d’entraver la marge de manœuvre de son successeur, Donald Trump.

Le président élu a manifesté à plusieurs reprises des réserves sur le réchauffement climatique, et s’est même engagé à revenir sur la réglementation en matière de défense de l’environnement.

L’Agence américaine qui représente les intérêts de l’industrie pétrolière a rapidement réagi, estimant que la décision de Barack Obama entraînait les Etats-Unis dans “la mauvaise direction“.

Les organisations de défense de l’environnement ont, elles, salué avec force l’initiative de dernière minute du président démocrate. “Le président Obama consolide encore un bilan sans précédent sur le climat“, a souligné Michael Brune, directeur exécutif du Sierra Club.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Procès Trump : aucun juré choisi à l'issue du premier jour

La loi texane criminalisant l'entrée illégale sur le territoire de nouveau suspendue en cour d'appel

Trump obligé de vendre des biens pour payer une caution de 454 millions de dollars ?