Italie : chasse au faux Prosecco, phénomène œnologique mondial

Italie : chasse au faux Prosecco, phénomène œnologique mondial
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les exportations décollent aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, qui concentre les 3/4 des bouteilles vendues en Europe.

PUBLICITÉ

A l’approche des fêtes en Italie, l’heure est à la chasse au faux Prosecco, le vin pétillant n°1 en Italie, au cœur de la plus grande bulle œnologique mondiale avec un chiffre d’affaires global estimé à 2,5 milliards d’euros.

Les exportations décollent notamment aux Etats-Unis (+30% entre janvier et septembre 2016) et au Royaume-Uni (+34,6%), qui concentre les 3/4 des bouteilles vendues en Europe.

Résultat : des viticulteurs italiens n’hésitent pas à tricher pour surfer sur la vague, et vendre leur vin sous l’appellation Prosecco, dont la culture est soumise à des règles strictes et limitée à la région de Vénétie. Chaque année centaines de viticulteurs sont attrapés la main dans le sac par les agents de contrôle.

Plus il y aura de contrôles, mieux ce sera pour la culture du Prosecco“ assure l‘œnologue Francesco Trimani. “Les consommateurs doivent être informés, ils doivent demander du Prosecco DOC (Dénomination d’origine contrôlée), ou DOCG, (Dénomination d’origine contrôlée et garantie). En tout cas ça doit être du Prosecco, c’est fondamental. Ce qui est pire que la contrefaçon de bouteilles de Prosecco, c’est le vin pétillant illégalement vendu sous l’appellation Prosecco“, poursuit-il.

En Europe, les ventes de Prosecco ont dépassé cette année de 24% celles du champagne. Mais le concurrent français, plus cher, réalise sur le vieux continent un chiffre d’affaires presque deux fois supérieur.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des milliers d'agriculteurs italiens manifestent pour la protection du Made in Italy

Un homme suspecté d'être membre actif du groupe Etat islamique arrêté en Italie

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou