PUBLICITÉ

Images : des Iraniens sans-abris se réfugient dans des tombes vides pour lutter contre le froid

Images : des Iraniens sans-abris se réfugient dans des tombes vides pour lutter contre le froid
Tous droits réservés 
Par Nathan Lautier
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Une série de photographies a provoqué de vives réactions en Iran : des sans-abri trouvent refugent dans un cimetière pour lutter contre le froid en Iran.

PUBLICITÉ

C’est dans le cimetière de Nasir Abad, près de Téhéran, que ces sans-abri ont élu “domicile” dans des tombes vides. C’est leurs seul moyen de lutter contre le froid de l’hiver. Ils sont parfois deux, trois, voire quatre dans la même tombe.

Même des familles vivent dans cette situation impossible.

Selon les journaux locaux, une cinquantaine de personnes seraient dans cette situation. Ces photos ont été publiées initialement par le journal Sharvand. Elles sont vite devenues virales sur les réseaux sociaux iraniens, en particulier Twitter. Le réalisateur iranien Asghar Farhadi (récompensé d’un Golden Globe, un césar, un oscar pour son film “Une séparation” en 2011) a même rédigé une lettre ouverte au président Rohani pour lui demander de réagir face au sort de ces sans domiciles.

In pictures: homeless Iranians find shelter from cold in empty graves> زنده در گور

کمتر از یک ساعتی جنوب غربی #تهران هستند مردمانی که در #گورستان زندگی میکنند./عكس سعيد غلامحسينى #شهروندpic.twitter.com/mAkIIzlPRN

— روزنامه شهروند (@shahrvand_paper) December 26, 2016

Enterrés vivants. Il y a des gens qui vivent dans des cimetières à moins d’une heure de Téhéran.

Les autorités locales ont réagi à la controverse en promettant de venir en aide rapidement aux personnes concernées.
Des résidents du quartier n’ont pas attendu cette découverte des réseaux sociaux pour essayer de soutenir les “résidents” de ce cimetière : ils offrent régulièrement des repas chauds et des vêtements. Des ONGs se sont engagés dans la cause pour protéger ces personnes. Cela ne suffit pourtant bien sûr pas, et il en faut encore beaucoup pour que ces sans-abri puissent retrouver des conditions de vie décentes…

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

NO COMMENT: Ebrahim Raïssi a été inhumé dans sa ville natale de Machhad

Iran : la foule se masse à Téhéran pour les funérailles d'Ebrahim Raïssi

Les mandats d'arrêt demandés par la CPI contre les dirigeants d'Israël et du Hamas font réagir