PUBLICITÉ

Présidentielle française : Manuel Valls lâche Benoît Hamon

Présidentielle française : Manuel Valls lâche Benoît Hamon
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien Premier ministre s'attire une volée de bois vert en choisissant de rejoindre Emmanuel Macron.

PUBLICITÉ

Manuel Valls se met “En Marche”. L’ancien Premier ministre a finalement décidé de soutenir Emmanuel Macron lors du premier tour de l‘élection présidentielle, et abandonne donc ainsi le candidat socialiste Benoît Hamon. Manuel Valls a annoncé qu’il voterait Macron dès le premier tour.

Remerciements un peu gênés du candidat du parti En Marche ce mercredi matin sur Europe 1 :
“Cela traduit le fait que les sociaux-démocrates et les femmes et les hommes de gauche responsables sont prêts à s’inscrire dans une démarche qui est la mienne. (…) Je serai le garant du renouvellement des visages, du renouvellement des pratiques…
Question du journaliste : “Cela signifie-t-il que vous ne gouvernerez pas forcément avec Manuel Valls si vous êtes élu ? Macron répond : “Vous l’avez compris”.

L'attitude de #valls est honteuse BFMTV</a> <a href="https://t.co/2YN1dBJYp9">pic.twitter.com/2YN1dBJYp9</a></p>&mdash; Patrick Mennucci (patrickmennucci) March 29, 2017

Reaction de Benoît Hamon, cinquième dans les sondages d’intention de vote, et dont la campagne ne décolle toujours pas, à trois semaines du premier tour :
“Les inspirateurs, les portes-parole et les théoriciens des décisions qui ont fait tant de mal à la gauche, sur la déchéance de nationalité ou la loi travail, ont trouvé refuge chez Emmanuel Macron”.

“Il faut sanctionner ceux qui se prêtent à ce jeu morbide”, a ajouté Benoît Hamon.

Avec une Marine Le Pen en tête des sondages, Manuel Valls a justifié son choix par la nécessité selon lui de “ne prendre aucun risque pour la République”.

Emmanuel Macron compte maintenant des soutiens aussi hétéroclites que Robert Hue et Alain Madelin.

Chacun sait désormais ce que vaut un engagement signé sur l'honneur d'un homme comme Manuel Valls : rien. Ce que vaut un homme sans honneur.

— ☰ Arnaud Montebourg (@montebourg) March 29, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Trahisons en chaîne au Parti socialiste français : le reniement de Valls

"Plus jamais ça" : une conférence sur l'antisémitisme organisée en Pologne

Législatives en France : les pro-Macron en tête chez les Français de l'étranger, mais Valls éliminé