PUBLICITÉ

Déradicalisation : l'action de la France en question

Déradicalisation : l'action de la France en question
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La lutte contre la radicalisation jihadiste en France est pour l'heure un semi-échec, selon un premier bilan d'un rapport publié fin février par le Sénat français.

PUBLICITÉ

La lutte contre la radicalisation jihadiste en France est pour l’heure un semi-échec, selon un premier bilan d’un rapport publié fin février par le Sénat français. Des campagnes de prévention , lancées en novembre 2016, et d’autres efforts, notamment de désendoctrinement, ont été mis en place suite aux attentats de 2015, mais les résultats ne sont pas à l’hauteur de la menace.

Pendant un an, deux sénatrices travaillaient sur cette mission d’information intitulée “Désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des jihadistes en France et en Europe”. La sénatrice écologiste, Esther Benbassa, est l’une des rapporteuses :

En France, la déradicalisation a été lancée très rapidement après les attentats, dans la panique et pas mal d’anxiété, puisque la population voulait une réponse. La population demandait si on prenait des mesures pour que ces actes ne se reproduisent pas.

Le rapport évoque le seul centre de déradicalisation qui a vu le jour en septembre 2016 en Indre-et-Loire. 12 autres seraient prévus sur tout le territoire français. Mais l’expérimentation a illustré les difficultés à mettre en oeuvre une politique efficace dans ce domaine.

Disposant de 25 places, il n’y a jamais eu plus de 9 pensionnaires et plus personne depuis fin février.

Toutes volontaires, âgées entre 18 et 30 ans, ces personnes devaient être en début de processus de radicalisation, ne pas être engagées dans des actions violentes, ne pas être fichées S.

Mais plusieurs couacs se sont produits : le plus grave a été l’arrestation et la mise en examen pour association de malfaiteurs terroriste d’un des pensionnaires, un jeune connu des services de renseignements pour avoir fait partie de la filière jihadiste de Strasbourg, dont est issu l’un des kamikazes du Bataclan.

Senat de Arzu Kayaoglu

Depuis août 2016, Muriel Domenach a pris la tête du Comité interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation. Consul général de France à Istanbul au plus fort des départs des Français pour la Syrie, elle considère que la manière d’aborder le problème dépend avant tout du politique :

La façon dont nous équilibrerons prévention et répression relève d’une décision politique. Cela va probablement changer, mais la lutte contre la radicalisation et la nécessité de la prévenir resteront.

There's no magic wand against #radicalisation, says @MurielDomenach, but there are good practices we should share. https://t.co/U0cE6hUuu0pic.twitter.com/Nmbjekd4wZ

— France Diplomacy?? (@francediplo_EN) 28 mars 2017

*Les services de l’Etat y travaillent. En 2016, environ 400 personnes soupçonnées de liens avec des groupes jihadistes ont été arrêtées en France.
2 400 personnes et un millier de familles sont actuellement surveillés pour risque de radicalisation.*
Via la plate-forme de signalement du Centre national d’assistance et de prévention de la radicalisation, 5 692 signalements ont été enregistrés.

#TousUnis
La lutte contre la radicalisation est l'affaire de tous. Écoutez l'appel à la mobilisation de @LatifaIbnZhttps://t.co/cwZdUz04I7pic.twitter.com/thtmcZamtb

— STOP DJIHADISME (@stopdjihadisme) 28 mars 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements

No Comment : 79e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe