Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Londres ne compte pas céder la souveraineté de Gibraltar à l'Espagne

Londres ne compte pas céder la souveraineté de Gibraltar à l'Espagne
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Londres ne cèdera “jamais” la souveraineté de Gibraltar sans l’accord de sa population. Par cette déclaration, Theresa May a signifié une fin de non recevoir à l’UE qui avait annoncé vendredi que l’Espagne devrait donner son feu vert pour qu’un accord entre l’Union européenne et le Royaume Uni puisse s’appliquer à Gibraltar.
L’annonce avait provoqué la colère des Gibraltariens qui accusent Madrid de chercher à rétablir sa souveraineté, cédée en 1713. Les conservateurs britanniques rappellent, comme un avertissement, la guerre des Malouines.

Il y a 35 ans, une autre femme Premier ministre a envoyé une force navale défendre la liberté de Britanniques contre un autre pays hispanophone.

Michael Howard Michael Howard

Il y a trente-cinq ans cette semaine, une autre femme Premier ministre a envoyé une force navale à l’autre bout du monde pour défendre la liberté d’un autre petit groupe de Britanniques contre un autre pays hispanophone“, a déclaré Michael Howard, ancien leader du parti conservateur britannique. Il a ajouté :”_ je suis absolument certain que notre premier ministre actuel montrera la même résolution pour le peuple de Gibraltar _”.

Les habitants de Gibraltar se sont opposés au Brexit à 96%. Madrid avait proposé une souveraineté partagée avec Londres pour que le Rocher reste dans l’UE. Mais Gibraltar a rejeté cette proposition qu’elle avait déjà repoussée lors d’un référendum en 2002.

Le ministre des affaires étrangères espagnol, Alfonso Dastis, a affirmé, dans une interview au quotidien El Pais, que Madrid n’avait “pas l’intention de fermer la frontière” avec Gibraltar.