Extrême-droite : les "moutons noirs" de l'armée allemande

Extrême-droite : les "moutons noirs" de l'armée allemande
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Empêtrée dans le scandale du militaire d'extrême-droite, la ministre de la Défense allemande est sous le feu des critiques, y compris au sein de l'armée.

PUBLICITÉ

La pression augmente sur la ministre de la Défense allemande, et du même coup la chancelière. Ursula von der Leyen a annulé un déplacement aux Etats-Unis, pour gèrer l’affaire de l’officier de la Bundeswehr.

Scandale dans l’armée allemande: la ministre de la Défense annule une visite aux Etats-Unis https://t.co/lXa2E6yE2Jpic.twitter.com/OG4s7hZhHa

— Courrier inter (@courrierinter) 3 mai 2017

Présenté sous le nom de Franco A., le militaire d’extrême-droite comptait commettre un attentat pour faire accuser les réfugiés. Il s‘était aussi fait passer pour un réfugié.

Un soldat de l’armée allemande se fait passer pour syrien et planifie un attentat https://t.co/jqepJnN9s8pic.twitter.com/kJVDKksLZ2

— Libération (@libe) 27 avril 2017

Franco A. avait pu ainsi faire carrière malgré ses positions ultra-nationalistes présentées dans un travail universitaire en 2013 dans l‘école militaire française de Saint-Cyr. Alertée par l’académie, l’armée allemande n’avait pas jugé bon à l‘époque de réagir. “Les sirènes d’alarmes auraient dû être entendues plus tôt, regrette Ursula von der Leyen, afin qu’il ne puisse pas grimper les échelons dans l’armée allemande.”

Mais ce cas n’est pas isolé. 275 extrémistes de droite présumés serviraient dans l’armée. A cela s’ajoutent des cas de bizutage très violents. Résultat un général a été limogé. Critiquant l’armée, la ministre est aujourd’hui accusée par les militaires de les trahir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un membre de l'AfD accusé d'avoir été payé par la Russie

Cologne : évacuation d'urgence après la découverte d'une bombe de 500 kg

"L'intégration européenne doit se poursuivre", selon le vice-chancelier allemand Robert Habeck