EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Paris : 1 600 migrants évacués d'un campement insalubre

Paris : 1 600 migrants évacués d'un campement insalubre
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les tentes s'étalaient sous des ponts d'autoroute et entre les voies d'accès au périphérique parisien.

PUBLICITÉ

Quelques 1600 migrants ont été évacués d’un camp de fortune Porte de la chapelle, au nord de Paris, puis orientés vers des structures d’hébergement ce mardi matin.

Le campement sauvage était s‘étalait sous des ponts d’autoroute et entre les voies d’accès au périphérique parisien, non loin d’un centre d’accueil ouvert en novembre dernier. D’une capacité d’accueil de 400 places, il tourne actuellement à plein régime.

La priorité a été donnée aux mineurs isolés. Le ministre française du logement Emmanuelle Cosse, s’est rendue sur place :

On a essentiellement des personnes qui viennent du Soudan, de l’Erythrée, de la Somalie en grande majorité, et des Afghans. On a vu majoritairement des hommes. Quelques femmes avec quelques enfants qui ont été eux pris en charge directement et vont rentrer en centre d’hébergement dans la journée“ a déclaré la ministre.

Depuis 6 heures, opération de mise à l’abri de migrants à la Porte de La Chapelle. pic.twitter.com/vVuuIjjzvk

— Emmanuelle Cosse (@emmacosse) 9 mai 2017

Il s’agissait de la plus grosse opération de ce type depuis l‘évacuation, le 4 novembre dernier, d’un énorme bidonville abritant 4.000 personnes place Stalingrad.

Synonyme de hausses des arrivées par la Méditerranée, “le printemps risque d‘être difficile”, a affirmé le directeur général d’Emmaüs Solidarités.

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Promesse tenue : la maire de Paris s'est baignée dans la Seine ce mercredi matin

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique