Chute du gouvernement au Kosovo

Chute du gouvernement au Kosovo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Le Kosovo n’a plus de gouvernement. Une motion de censure votée au Parlement l’a fait chuter et des élections anticipées devront avoir lieu dans les 45 jours. En cause, un désaccord entre la LDK du Premier ministre Isa Mustafa et le PDK du président Hashim Thaçi sur la question de la démarcation de la frontière avec le Monténégro. Le parti du président a lâché son partenaire de coalition, précipitant la chute du gouvernement.

“Le gouvernement est tombé mais nous n’avons pas d’autre alternative, se lamente Lutfi Istoku, un habitant de Pristina. Nous avons deux choix, la LDK et le PDK. C’est la même chose, je ne vois rien d’autre. Et pourtant nous allons revoter. Ca devient une farce.”

“J’espère qu’une nouvelle génération va arriver au pouvoir, confie une autre habitante, Sebahate Qavderbashae. Nous en avons assez des partis existants. Mon espoir, ce sont les nouveaux partis.”

Si les Kosovars sont désabusés, c’est que la crise politique dure depuis plus d’un an. Un accord sur le tracé de la frontière avec le Monténégro est pourtant nécessaire. C’est une condition imposée par l’Union européenne pour dispenser de visa les Kosovars.

#Kosovo : le Parlement provoque la chute du gouvernement et des législatives anticipées https://t.co/pZmdjJ9n5v

— Le Monde (@lemondefr) May 10, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'interdiction du dinar serbe au Kosovo réveille les tensions

Le Kosovo suspend l’interdiction des transactions en dinars serbes

Kosovo : une semaine après la mort d'un policier, la tension reste palpable