Cyberattaque : l'Asie impactée

Cyberattaque : l'Asie impactée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Le monde n’en a pas fini avec la cyberattaque la plus redoutable jamais menée. Après l’Europe et le continent américain, l’Asie a elle aussi été touchée durant le week-end et ce lundi. En Chine, au Japon et en Corée du Sud notamment, des entreprises ou des services gouvernementaux ont évoqué des dysfonctionnements dûs au logiciel de rançon Wannacry qui se propage via les emails. Parmi les sociétés affectées, le Chinois PetroChina ou le Japonais Hitachi.

La brèche dans le système Windows utilisée par les pirates peut être contrée en installant un correctif, mais à en croire le jeune chercheur britannique qui a permis de ralentir la propagation du virus en achetant le nom de domaine utilisé par son code informatique, les hackers pourraient revenir à la charge en changeant le code.

Ce logiciel malveillant verrouille les fichiers des utilisateurs et contraint ces derniers à payer une rançon en bitcoins pour en recouvrer l’usage.

Au total, plus de 200 000 victimes, comme le constructeur automobile Renault ou des hôpitaux britanniques, ont été affectés dans au moins 150 pays et les pertes sont d’ores et déjà estimées à plusieurs centaines de millions de dollars.

#Infographie La cybercriminalité mondiale a coûté 445 Mds de $ en 2016, via visactu</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/CyberAttack?src=hash">#CyberAttack</a> <a href="https://t.co/ttnUs63eEp">pic.twitter.com/ttnUs63eEp</a></p>— JeunesINHESJ (jeunesInhesj) 15 mai 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni veut abaisser degré d'alcool des vins pour promouvoir sa production à l'étranger

Scholz en visite en Chine pour favoriser la coopération économique

Olaf Scholz en Chine pour des discussions délicates sur le commerce