DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas de géant : un référendum irlandais sur l'IVG en 2018

Vous lisez :

Pas de géant : un référendum irlandais sur l'IVG en 2018

Pas de géant : un référendum irlandais sur l'IVG en 2018
Taille du texte Aa Aa

Une révolution des moeurs se met lentement, mais peut-être sûrement, en marche en République d’Irlande. Un référendum sur l’avortement, pratique qui est toujours restée illégale dans ce pays fortement catholique, va être organisé en mai ou juin prochain. C’est ce que vient de décider le gouvernement de Dublin.


La pression constante des mouvements qui réclament une légalisation de l’IVG n’y est pas pour rien. Car bien qu‘étant médecin, le nouveau Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, élu le 2 juin dernier, n’est pas tout à fait convaincu de lever totalement l’interdiction. Actuellement, l’avortement est possible exclusivement si la vie de la mère est en danger.

Le Premier ministre, Leo Varadkar :


Le 8ème amendement dans le collimateur des pro-IVG

Le 8ème amendement de la Constitution irlandaise, rédigé seulement en 1983 à la suite d’un référendum déjà, ne reconnaît ni le viol, ni l’inceste, ni la malformation du foetus comme raisons suffisantes pour qu’une femme avorte. Et ce n’est que trente ans plus tard, en 2013 donc, que l’IVG a été autorisée en cas de risque pour la maman. Sinon, elle reste passible de 14 ans de prison.

Le combat est loin d‘être gagné, même si chaque année, des milliers de femmes irlandaises se voient obligées d’aller à l‘étranger pour pratiquer un avortement en toute légalité. Même si l’opinion publique évolue de plus en plus en faveur d’un changement de la loi. L’hypocrisie persiste, et les pro-IVG doutent encore : “Tout dépendra de la formulation de la question au référendum”, a notamment réagi l’organisation Abortion Rights Campaign.