Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manus, une honte australienne

Manus, une honte australienne
Taille du texte Aa Aa

Ils sont 600 réfugiés. Leur rêve : l’Australie. Depuis des années, ils survivent hors de tout cadre juridique dans un centre de rétention délabré situé sur l‘île de Manus, territoire de la Papouasie Nouvelle-Guinée, au milieu du Pacifique. Le centre a été officiellement fermé le 31 octobre. Mais les détenus ne veulent pas partir car ils craignent l’hostilité des habitants de l‘île.

L’Australie n’accepte aucun boat-people sur son sol, même ceux qui remplissent les critères du droit d’asile. « Ceux qui ne sont pas des réfugiés, ceux à qui aucune protection n’est due, doivent rentrer chez eux », a déclaré Julie Bishop, première ministre australienne par intérim.

Une politique vivement critiquée par les organisations de défense des droits de l’homme qui parle de « honte australienne ».

L’Australie se défausse sur la Papouasie qui donne aux migrants jusqu‘à demain pour évacuer le centre, où l’eau et l‘électricité ont été coupées. Ils ont deux options : se rendre dans un centre de transit siuté sur l’archipel papouasien. Ou rentrer chez eux. À leurs risques et périls.

Pour en savoir plus sur le centre de détention de l‘île de Manus, regardez « Au bout du fil », un incroyable documentaire d’animation :