Brexit : le Parlement britannique va pouvoir voter

Brexit : le Parlement britannique va pouvoir voter
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

C’est une concession qui n’en a peut être que l’apparence. Le gouvernement de Theresa May a annoncé lors d’une session au Parlement vouloir laisser la possibilité aux députés britanniques de voter sur l’accord de sortie de l’Union. Ce futur texte devrait couvrir des questions cruciales allant des droits des citoyens au du montant de la facture à régler par Londres. “Je peux confirmer qu’une fois qu’un accord aura été trouvé nous vous apporterons un loi d’habilitation pour mettre en place cet accord. Cela signifie également que le Parlement aura du temps pour débattre et voter sur l’accord final atteint avec l’Union européenne”, a précisé David Davis, le secrétaire d’Etat en charge du Brexit.

This is a meaningless vote, not a meaningful vote, if Parliament given a choice between no deal or a bad deal. https://t.co/b6ewExLOhq

— David Lammy (@DavidLammy) 13 novembre 2017

Reste que le temps donné au Parlement pour examiner le texte pourrait être réduit à peau de chagrin en cas d’accord de dernière minute. De plus, le vote du parlement n’aura un pouvoir que très limité. Si ses membres votent non, la Grande-Bretagne quitterait alors l’Union sans accord. Deuxième possibilité: si les négociateurs ne parviennent pas à trouver un consensus, alors le gouvernement se passera de l’avis de Westminster.
Bref, la consultation pourrait bien être purement symbolique. Mais l’objectif serait ailleurs pour Theresa may: calmer le début de fronde de certains députés de la majorité qui réclament justement un droit de regard.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions

Le gouvernement britannique accusé de faire peur aux citoyens de l'UE pour qu'ils quittent le pays