DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La diplomatie du bébé panda

Vous lisez :

La diplomatie du bébé panda

La diplomatie du bébé panda
Taille du texte Aa Aa

On ne dirait pas, mais cette petite boule de poil est un agent diplomatique. Mini Yuan Zi, le bébé panda du zoo français de Beauval va être baptisé lundi par sa marraine, la Première Dame Brigitte Macron, lors d'une cérémonie officielle aux côtés de responsables chinois.

Car la Chine est propriétaire de Mini Yuan Zi, dit Myz, né le 4 août dernier de parents prêtés à la France en 2012. Le panda géant, qui portait mal son nom avec à peine 143 grammes sur la balance lors à sa naissance, sera envoyé dans son pays dans trois ou quatre ans au grand dam du public français.

Mais si le monde entier raffole des pandas, c'est une aubaine pour Pékin, propriétaire de tous les pandas géants en captivité sur terre. Véritables arguments diplomatiques, les prêts à des zoos étrangers se négocient entre chefs d'Etats, à coup de millions.

Le zoo de Beauval ne donne pas de chiffres, mais on avance celui de 800 000 euros par an pour le couple, hors frais de nourriture et de soins.

Une fois dans les zoos, ces frais ne sont presque jamais couverts par la hausse des visites. Mais le spectacle, en vaut, paraît-il, la chandelle.