Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

L'attaque de Saint-Pétersbourg "terroriste", selon Vladimir Poutine

L'attaque de Saint-Pétersbourg "terroriste", selon Vladimir Poutine
Tous droits réservés
REUTERS/Kirill Kudryavtsev/Pool
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Vladimir Poutine l'affirme avec certitude : l'explosion d'une bombe artisanale ce mercredi dans un supermarché de Saint-Pétersbourg était "un acte terroriste". Le Président russe n'a pas donné davantage de précisions, mais il attribue la responsabilité de cette attaque à la mouvance islamiste et se félicite des opérations militaires de Moscou menées contre les djihadistes en Syrie.

"Vous savez qu'hier, un attentat terroriste a eu lieu à Saint-Pétersbourg", a déclaré ce jeudi le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine. "Et il n'y a pas très longtemps, les services fédéraux de sécurité en ont déjoué un autre. Que se serait-il passé, si ces centaines ou milliers de combattants dont j'ai parlé étaient revenus sur le sol russe, entraînés, armés et bien préparés ?".

Il y a près de deux semaines, les autorités russes avaient annoncé le démantèlement d'une cellule du groupe Etat islamique, qui aurait planifié des attaques à Saint-Pétersbourg. Le chef de l'Etat Vladimir Poutine avait appelé à cette occasion son homologue américain, Donald Trump, pour le « remercier » des renseignements fournis par la CIA, qui avaient permis d'interpeller ces terroristes présumés. Selon le FSB, près de 4 500 Russes seraient partis combattre en zone irako-syrienne.

Ce mercredi, treize personnes ont été blessées après l'explosion du sac déposé à la consigne du supermarché de Saint-Pétersbourg, qui contenait l'équivalent de 200 grammes de TNT, d'après les autorités russes. En avril dernier, la deuxième ville de Russie a déjà été frappée par une attaque dans le métro, qui avait fait seize morts et des dizaines de blessés.