Apple, coupable d'obsolescence programmée ?

Apple, coupable d'obsolescence programmée ?
Par Sandrine Delorme avec AFP, Reuters, APTN
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après des plaintes aux Etats-Unis, en Italie, en Suisse, en Corée et en Israël, le Parquet de Paris a ouvert une enquête suite à la plainte de l'association Hop.

PUBLICITÉ

Apple visé par une enquête pour obsolescence programmée de ses iPhones et tromperie. C'est l'association HOP, "Halte à l'obsolescence programmée" qui a porté plainte contre le géant américain, plus précisément contre Apple France. 

Fin décembre, Apple avait reconnu ralentir volontairement les performances de ses anciens modèle de smartphones pour préserver leur durée de vie, car les batteries au lithium-ion ont davantage de difficultés à répondre à d'importances sollicitations lorsqu'elles vieillissent. 

Des aveux qui ont fait bondir l'association HOP et qui confirment les rumeurs de ralentissement des iPhones à travers les mises à jour. Des rumeurs récurrentes depuis des années dans la presse spécialisée et de nombreux sites consacrés à Apple.

L'association Hop affirme qu'elle va "communiquer aux enquêteurs du parquet de Paris plus de 2 600 témoignages de clients d'Apple en France". Sur son site, elle appelle désormais tous les clients d'Apple à se manifester pour se joindre à une éventuelle plainte pénale collective.

La loi de 2015 sur la transition énergétique prévoit pour les contrevenants une peine maximale de deux ans de prison, 300 000 euros d’amende et 5 % du chiffre d’affaire annuel.

Apple fait déjà l'objet de plusieurs recours collectifs aux Etats-Unis, en Corée, en Italie, en Suisse et en Israël.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Parlement européen défend un "droit à la réparation"

Apple contre Attac

Obsolescence programmée : les excuses d'Apple