DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Enquête sur des chants nazis dans une association autrichienne

Vous lisez:

Enquête sur des chants nazis dans une association autrichienne

Enquête sur des chants nazis dans une association autrichienne
Taille du texte Aa Aa

"Ne laissez jamais les Nazis gouverner"... Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, vendredi 26 janvier 2018, devant le palais impérial La Hofburg, à Vienne (Autriche), pour protester contre la tenue du bal annuel de l'extrême-droite. Cette manifestation a pris un relief particulier, le FPÖ étant désormais au pouvoir en Autriche et une association s'en revendiquant étant éclaboussée dans un scandale, sur lequel la justice a ouvert une enquête. Le tout, alors que des élections régionales ont lieu dimanche.

"Il est inacceptable que personne n'ait remarqué qu'un tel livre ait pu circuler"

Alexander Van der Bellen Président autrichien

Dans un livre de chants, un texte fait une allusion on ne peut plus claire aux six millions de Juifs assassinés sous le Troisième Reich, notamment dans les chambres à gaz : "Mettez les gaz, vieux Germains, on peut passer le septième million", est-il écrit.

"Il n'est pas acceptable que de tels livres mensongers circulent dans ces associations et qu'ils soient encore de nos jours cités et chantés", a réagi un responsable du Centre de documentation de la résistance autrichienne (DÖW), Bernhard Weidinger.

L'association visée compte parmi ses membres la tête de liste FPÖ aux élections régionales de dimanche dans la province de Basse-Autriche, Udo Landbauer. "Lorsque j'étais membre de cette association, il n'y avait pas ces passages dans des livres et nous ne les avons bien sûr jamais chantés", a-t-il commenté, déclinant toute implication. Âgé de 31 ans, il est une figure montante de l'extrême-droite et a le soutien du vice-chancelier Heinz-Christian Strache. Celui-ci va chercher à éteindre la polémique, alors son parti est en recherche de respectabilité.

L'affaire a conduit le président autrichien, Alexander Van der Bellen, à réagir. "Il est totalement inacceptable que personne n'ait remarqué qu'un tel livre ait pu circuler, même si ces textes ne sont pas chantés tous les jours", a-t-il déclaré.

Dans cette Autriche où l'on observe une recrudescence des actes antisémites, un homme a été interpellé il y a quelques jours après avoir proféré des propos nazis à la face d'un rabbin venu visiter le camp de concentration de Mauthausen, où son père avait été déporté. "Heil Hitler" et "Mein Volk, mein Reich, mein Führer", la devise du régime nazi, a-t-il hurlé...