EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Violences sexuelles : Angelina Jolie à l'OTAN

Violences sexuelles : Angelina Jolie à l'OTAN
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'actrice à rencontré le secrétaire général de l'organisation pour évoquer le cas de l'usage des violences sexuelles dans les conflits.

PUBLICITÉ

"La violence sexuelle comme arme de guerre, terroriser et traumatiser des populations, c'est illégal. Nous nous rendons au quartier général de l'Otan à Bruxelles où l'envoyée spéciale de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, Angelina Jolie, rencontre le secrétaire général de l'OTAN le général Jens Stoltenberg. Ensemble, ils ont signé une tribune intitulée "pour quoi l'Otan doit défendre les droits des femmes ?", explique l'envoyée spéciale d'Euronews, Tesa Arcilla. Les gens en zone de guerre ont expérimenté les pires atrocités. C'est le cas des yézidis tombés entre les mains des djihadistes de Daech. Est-ce que cette réunion permettra d'obtenir plus de protection et de justice pour ces gens ?"

"Il ne peut pas y avoir de paix et de sécurité sans des droits égaux et la participation des femmes dans toutes les sociétés. Ces droits ne peuvent être obtenus dans un environnement d'impunité pour les crimes de guerre contre les femmes et les filles", a plaidé la comédienne.

"Dans cette exposition de photographies, l'expérience des yézidis est documentée. Viols, tortures, familles tuées...jusqu'à ce jour, des milliers de femmes et d'enfants manquent toujours à l'appel. C'est toujours le même problème, avec quelle rapidité des accords politiques peuvent-ils se traduire en quelque chose de signifiant pour les gens sur place ?", continue notre envoyée spéciale Tesa Arcilla.

Selon Ahmed Khudida Burjus de l'association de défense des droits des yézidis, Yazda, "il est triste qu'il n'y ait pas d'amélioration dans la situation des yézidis depuis trois ans. Les Etats-Unis, l'Union européenne et l'OTAN peuvent mettre un terme aux violences sexuelles, j'espère qu'ils écouteront Angelina cette fois".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

De possibles "crimes de guerre" commis lors de la libération de quatre otages à Gaza (ONU)

La demande de mandats d’arrêt de la CPI à l'encontre d'Israël divisent l'UE

Washington accuse la Russie d'utiliser des armes chimiques en Ukraine