L'UE satisfaite de l'accord de coalition en Allemagne

L'UE satisfaite de l'accord de coalition en Allemagne
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'instabilité gouvernementale à Berlin inquiétait quant à la capacité de la chancelière de s'investir dans le projet européen.

PUBLICITÉ

Avec un accord de gouvernement à Berlin, du côté de Bruxelles c'est une partie de l'Europe qui respire. L'instabilité à la tête du pouvoir outre-Rhin privait l'union d'un de ses principaux moteurs. D'autant qu'avec le SPD, Angela Merkel tient là un partenaire profondément europhile. Depuis Bruxelles, Pierre Moscovici, actuel Commissaire aux Affaires économiques et financières, s'en est félicité. "Le fait d'avoir à Berlin un gouvernement stable, solide, ambitieux, pro-européen, permet de nouer les réflexions et les décisions (sic) à prendre sur l'avenir de la zone euro

Manfred Weber est député européen et membre de la CSU, le grand parti conservateur bavarois. Alliés historique d'Angela Merkel, ils ont su faire entendre leur voix sur les dossiers les plus marqués à droite comme la baisse de l'immigration. Aujourd'hui, il se félicite de l'accord. 

"Pour rendre l’Europe plus forte, il faut trouver une solution au défi de l'immigration. Cela signifie également que l'on doit stabiliser notre monnaie sur le long terme, nous avons aujourd'hui une croissance stable à 2,5% mais nous devons encore travailler pour la maintenir à l'avenir. Et enfin un troisième élément, quand on voit Poutine ou Erdogan et les incertitudes liées aux Etats-Unis, il faut renforcer nos politiques communes  étrangères et de défense. Il y a trois problématique sur lesquelles on doit travailler et il y a un accord clair dans la coalition pour que ce soit fait".

Quant à la politique étrangère de l'Allemagne, elle pourrait être menée par l'ancien président du Parlement européen, Martin Schulz. Il vient de démissionner de la tête du SPD et a annoncé briguer les Affaires étrangères.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Allemagne, le suspense se prolonge

Vers un nouvel élan politique entre Paris et Berlin

La Moldavie prend de nouvelles mesures contre l'ingérence russe à l'approche du référendum sur l'UE