DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un onzième hiver d'Arts à Sotchi

Vous lisez:

Un onzième hiver d'Arts à Sotchi

Un onzième hiver d'Arts à Sotchi
Taille du texte Aa Aa

Sotchi accueille la XIe édition du Festival international des Arts d'hiver, une des grandes dates de l'agenda culturel russe.

L'ensemble des solistes de Moscou, dirigé par Yuri Bashmet, a ouvert le Gala par l'éternel Mozart. Comme une invitation à aller plus loin :

"C'est un festival de recherches, un festival de premières, un festival pour découvrir de nouveaux noms, un festival qui est aussi rempli de stars. Et il y a un volet éducatif, qui est très important aussi", résume le directeur artistique du Festival, Yuri Bashmet.

Au concours de jeunes compositeurs, la tendance est contemporaine. On s'en aperçoit en éoutant par exemple un solo de balalaïka contrebasse. L'instrument de 8 kilos ne joue jamais les premiers rôles, mais Mikhail Dzyudze en a décidé autrement.

"Ce qui est unique, c'est que cet instrument n'a pas été créé pour réaliser des solos. Personne ne penserait à lui pour jouer un morceau de musique compliqué, encore moins accompagné d'un orchestre ! Au XXe siècle, c'était inimaginable" explique le musicien Mikhail Dzyudze.

À plus tard des classiques ! Plusieurs arts sont présents à Sotchi et la vidéo en fait partie. En fait elle est offerte en apéritif avant chaque concert. Une des œuvres exposée est dédiée au Heavy Metal : avant de jouer les musiciens enterrent leur équipement son.

"Le Heavy Metal ce n'est pas de la musique de conservatoire. Le groupe creuse un énorme trou, met ses enceintes dedans et du coupon obtient une musique qui vient du sol, du trou. C'est du surréalisme, de la dissonance et de la musique", s'enthousiasme Antonio Guesa, le curateur de l'exposition "Ehco-eco".

Le grand marionnettiste géorgien Rezo Gabriadze fait aussi partie des surprises du XIe festival international des arts à Sotchi jusqu'au 25 février.