DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Venezuela : un adversaire pour Maduro

Vous lisez:

Venezuela : un adversaire pour Maduro

Venezuela : un adversaire pour Maduro
Taille du texte Aa Aa

C'est officiel, le président vénézuélien a déposé sa candidature pour se succéder à lui-même. Nicolas Maduro a même convoqué un grand rassemblement de partisans pour marquer le coup. Malgré une cote d'impopularité de 75% dans un pays en pleine crise économique, il affiche sa confiance, reggaeton en prime, car les adversaires sont rares. La principale coalition d'opposition a en effet appelé à boycotter le scrutin du 22 avril, dénonçant un simulacre d'élection. Mais Nicolas Maduro a son explication a ce boycott...

"S'ils ne s'inscrivent pas, c'est parce qu'ils en ont reçu l'ordre de l'impérialisme nord-américain, s'est-il exclamé. S'ils ne s'inscrivent pas, c'est parce qu'ils savent que face au peuple vénézuélien et à Nicolas Maduro, on ne gagne en aucun cas une élection présidentielle !"

Il en est pourtant un qui fait figure d'opposant : Henri Falcon, un dissident du chavisme, qui s'est présenté contre la volonté de la coalition d'opposition. Sa candidature a été validée par le Conseil national électoral, une instance à la botte du gouvernement. Mais il dit poser ses conditions : que l'élection soit retardée et qu'une mission d'observation des Nations Unies surveille le scrutin.

"Le gouvernement que nous voulons pour le Venezuela, c'est un gouvernement d'unité nationale qui inclue et pas qui exclue, a martelé Henri Falcon. Un gouvernement qui puisse nous sauver de cette misère, de cette tragédie, de cette débâcle dans laquelle nous a plongé ce gouvernement incapable et inepte."

Une candidature qui divise un peu plus une opposition déjà très affaiblie, laquelle en appelle à la communauté internationale pour forcer le camp présidentiel à garantir une élection crédible.