DERNIERE MINUTE

Le Parlement ouvre une enquête sur la nomination de Selmayr

Martin Selmayr, ex-chef de cabinet de Jean-Claude Juncker
Martin Selmayr, ex-chef de cabinet de Jean-Claude Juncker
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Martin Selmayr est un homme très controversé ces jours dernier à Bruxelles. Ancien chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, soudain promu secrétaire général de la Commission. Une nomination qui a surpris tout le monde, à tel point que le Parlement a décidé d'ouvrir une enquête officielle.

"Ce n'est pas normal que les commissaires qui décident des postes à responsabilité n'étaient pas au courant avant la réunion que ce point était à l'ordre du jour", s'étonne Sven Giegold, euro-député allemand des Verts européen. "La nomination du nouveau secrétaire général n'était pas à l'ordre du jour. Les commissaires n'ont pas pu en discuter à l'avance, de façon informelle, de qui serait le meilleur candidat".

A ce stade, rien d'illégal mais certains dénoncent une promotion trop rapide. Selmayr a été nommé secrétaire général adjoint, puis secrétaire général dans la même journée. Selon ce journaliste du quotidien Libération, les règles de sélection ont été ignorées.

"Ce poste était normalement destiné à un Français", affirme Jean Quatremer. "Et à Paris, je ne vous le cache pas, on est furieux de ce qui vient se passer. Et à Berlin aussi, parce que la chancelière s'était engagée auprès d'Emmanuel Macron à ce que ce soit un Fraçais qui soit nommé à ce poste. Donc non, chercher la main d'un état, non. C'est juste de l'ambition personelle poussée à son maximum".

Avec cette nomination, 3 des 4 grandes institutions européennes sont désormais dirigées par des allemands. Une situation qui crée un déséquilibre dans la répartition des plus hauts postes européens.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.